Une foule colorée et imposante

Une jeune partisane de Terre-Neuve déambulait avec un manteau jaune de pêcheur.... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une jeune partisane de Terre-Neuve déambulait avec un manteau jaune de pêcheur. De son côté, un octogénaire en grande forme courait partout dans l'aréna et sautait même par-dessus des sièges en agitant un drapeau de l'Ontario.

Plus loin dans les estrades, un septuagénaire était même déguisé en ours polaire. Puis il y avait ces trois amateurs du Québec qui portaient des chapeaux bleus de cowboys sur lequel une lumière scintillait.

Tout ça à travers des bruits de cloches à vache.

«Nous avons aussi amené des perruques et un chapeau de requin! Tant qu'à être là pour encourager, aussi bien de mettre un peu de couleurs là-dedans. Puis j'ai toujours eu une petite faiblesse pour les chapeaux et les costumes farfelus», lance en riant David Parent, qui s'est tapé la route entre Montréal et Ottawa pour assister durant le week-end aux joutes du Brier.

Il était flanqué de cinq amis. Tous des connaissances de l'équipe québécoise de Jean-Michel Ménard, de Gatineau. Ils portaient d'anciens maillots personnalisés des champions de l'édition 2006.

Parent s'avère un ami de longue date du premier Philippe Ménard. Il a acheté ses billets dès que le quatuor a assuré sa participation au tournoi, il y a un mois et demi.

«C'est la première fois que le Brier est proche de la maison, note cet homme d'affaires. Je suis l'équipe tout le temps à la télé parce que c'est habituellement trop loin, dans l'Ouest canadien. Ça m'est déjà arrivé de crier «Hard» et «Hurry» à trois heures du matin chez nous en regardant ses parties.»

Parent et son pote Philippe Bergeron étaient épatés par ce qu'ils voyaient autour d'eux. Les sièges vides étaient rares samedi à l'aréna de la Place TD qui peut contenir plus de 8000 spectateurs.

«Nous avons tous eu la même réaction. Je n'ai jamais pensé que ça serait plein de même, surtout pour le premier match. Nous pensions que nous pourrions descendre dans les estrades et nous rapprocher de l'action.»

Ces six partisans sont tous âgés de la vingtaine. De quoi faire plaisir à une des vice-présidentes du comité organisateur. «Le curling, ce n'est pas seulement pour vos grands-parents», rappelle Elaine Brimicombe.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer