Valérie Grenier ne ralentit pas

La skieuse Valérie Grenier  a remporté la médaille... (Archives, Le Droit)

Agrandir

La skieuse Valérie Grenier  a remporté la médaille d'argent au super-G.

Archives, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Valérie Grenier voulait un deuxième titre mondial junior en trois jours. Elle est passée très près de réussir l'exploit.

Seulement sept centièmes de secondes l'ont séparé de l'Autrichienne Nina Ortlieb et la première place, lundi, au super-G des championnats du monde juniors disputés à Sotchi, en Russie. La skieuse alpine originaire de St-Isidore, dans l'Est ontarien, a dû se contenter de la médaille d'argent.

Grenier, 19 ans, avait récolté l'or, 48 heures auparavant, en descente.

«J'ai connu une très bonne course. J'aurais aimé gagner encore. C'est ce que je visais. Mais terminer deuxième, c'est quand même bien», a-t-elle avoué dans une vidéo acheminée aux médias après sa course.

La vice-championne du super-G sait exactement où son sort s'est joué.

«J'ai été trop conservatrice dans la première partie du parcours. Je suis demeurée haute dans les lignes. J'ai perdu un peu de temps», a-t-elle raconté.

Ses patrons chez Canada Alpin, eux, étaient très heureux. «Peu de skieurs sont capables de terminer sur le podium lors de deux courses consécutives aux championnats du monde, a rappelé le directeur au sport national, Dusan Grasic.

«La performance de Valérie ne nous surprend pas. Elle excelle dans les épreuves de vitesse. C'était l'objectif de gagner. Mais il reste que la compétition est relevée. Tu dois bien skier et avoir un peu de chance.»

Grenier retournera sur les pentes mardi. Ce sera au tour des épreuves du combiné. Les participants se taperont une manche de super-G suivie d'une manche en slalom.

«Valérie s'avère une négligée en vue de cette épreuve. Elle a passé la majorité de son temps à l'entraînement sur les courses de vitesse et non technique. Une médaille serait un boni», a affirmé Grasic.

Ce fut un bon lundi pour l'équipe canadienne à Sotchi.

Le Torontois James Crawford a aussi terminé deuxième au super-G masculin. Il s'est retrouvé en sandwich entre le vainqueur, le Français Matthieu Bailet et le Suisse Marco Odermatt.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer