Le pain comme carburant norvégien

La première étape du Ski Tour débute mardi.... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

La première étape du Ski Tour débute mardi.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ils étaient tous présents. De Petter Northug à Martin Johnsrud Sundby en passant par Therese Johaug et Ingvild Flugstad Oestberg.

Quatre des gros noms de la machine norvégienne qui s'apprête à prendre d'assaut les pistes gatinoises. Ils participaient lundi à un déjeuner à l'ambassade de leur pays, à Ottawa.

Tout ça à la veille de la première étape du Ski Tour Canada. Gatineau présentera une épreuve de la Coupe du monde de sprints de style classique, mardi, au parc Jacques-Cartier.

«C'est un déjeuner de champions», a lancé l'agent des affaires culturelles de l'Ambassade royale de Norvège, Jan-Terje Studsvik au journaliste du Droit.

Une phrase qui prend tout son sens en consultant la feuille de route de l'équipe de la Norvège. Une formation habituée à gagner souvent.

Ses skieurs occupent les quatre premiers rangs du classement de la Coupe du monde chez les hommes et les trois premières positions du côté féminin.

Johaug, qui a gagné 15 courses cet hiver, est surnommée «Durracell». Un clin d'oeil aux piles du même nom.

Puis il y a Northug. «Notre pop star», a précisé la gérante de la formation norvégienne, Gros Eide. Le plus titré des 17 skieurs de l'équipe avec 20 médailles aux Jeux olympiques et championnats du monde.

«C'est la meilleure équipe au monde. Et c'est probablement l'édition la plus forte de l'histoire de la Norvège», a soutenu un autre des skieurs, Hans Christer Holund.

Ce que ne nie pas sa coéquipière Oestberg, numéro deux sur l'échiquier mondial.

«Il y a des moments de la saison pendant lesquels nous avons été nettement meilleurs que les autres», a-t-elle reconnu.

Comment expliquer les succès?

«C'est notre sport national. Tout le monde travaille fort afin de percer l'alignement de l'équipe norvégienne. Et si tu n'obtiens pas de résultats, il y a toujours quelqu'un d'autre qui attend pour prendre ta place.»

La mauvaise nouvelle pour les autres pays?

Les skieurs norvégiens se disent reposés. «J'ai dormi neuf heures la nuit dernière. Ça m'a surpris», a dit Sundby, meneur au classement de la CDM.

Ajoutez à cela que ses coéquipiers et lui ont pu dénicher une arme secrète... Du pain.

«Nous sommes fous du pain dans notre pays. Ça fait partie de notre diète. Et nous avions de la misère à trouver à notre arrivée le pain que nous aimons», a relaté Oestberg.

Afin de trouver une solution, les dirigeants de l'équipe se sont tournés vers leur... psychologue. Un psy «made in Québec», Nicolas Lemyre, qui travaille avec les skieurs norvégiens depuis quatre ans.

«Ils veulent du pain bourrant et non du pain léger. Ils voulaient autre chose que les pains que tu retrouves au supermarché», a raconté l'ancien skieur du centre national Pierre-Harvey.

Lemyre, qui habite en Norvège depuis maintenant deux décennies, a livré la marchandise. De quoi le rendre encore plus populaire auprès des athlètes.

L'ancien collègue de classe du premier ministre Justin Trudeau à l'école secondaire se plaît au sein de la puissance du ski de fond. «C'est l'équipe nationale qui a le plus de ressources, a-t-il noté.

«C'est l'équivalent des Canadiens de Montréal. C'est très bien structuré. Il y a une longue histoire glorieuse. Tu as un médecin qui suit l'équipe, un très très bon physiothérapeute. De très bons entraîneurs. La logistique est exceptionnelle. Il n'y a pas de perte d'énergie. Rien n'est laissé au hasard.»

Et comme c'est le cas pour les autres étapes de la Coupe du monde, chaque course du Ski Tour Canada, dont l'arrêt de Gatineau, sera diffusée en direct en Norvège. Il fallait justement voir le troupeau de journaliste et de caméraman scandinaves lundi au «déjeuner des champions».

Comme skier à Paris

Ajoutez le nom de l'étoile française Maurice Manificat à la liste grandissante des skieurs qui adorent l'idée d'une Coupe du monde au centre-ville de Gatineau, à l'ombre du Parlement canadien.

«C'est comme si on faisait un sprint à Paris», a fait remarquer le gagnant du 15 km de Nove Mesto na Morave, en janvier, en République tchèque.

Ils seront plus de 150 skieurs provenant de 25 pays à se taper cette première de huit étapes du Ski Tour Canada. Le tracé gatinois fait 800 m. Les participants se taperont deux boucles.

«C'est un beau site (...) Skier le long de la rivière comme ça», a affirmé Manificat.

Les dirigeants de la Fédération internationale de ski (FIS) aiment aussi ce qu'ils voient depuis leur arrivée. «Une piste de très bonne qualité, côté design. Il y a zéro problème. C'était un peu soft comme surface aujourd'hui puisqu'il a fallu damer, mais demain, ce sera plus compact», a soutenu le directeur des courses, Pierre Mignerey.

Un peu tout le monde aura un oeil sur les conditions météorologiques. Il risque de tomber beaucoup de neige mardi. Reste à savoir quand exactement dans la journée.

«Ça peut influencer le résultat directement si les conditions sont différentes entre le début et la fin des qualifications», a reconnu Mignerey.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer