Des fondeurs satisfaits de leur performance

Les athlètes qui ont couru en Outaouais ce... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Les athlètes qui ont couru en Outaouais ce week-end avaient l'opportunité d'amasser des précieux points FIS.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

De façon générale, les fondeurs d'élite de l'Outaouais étaient satisfaits, ce week-end, en quittant les pistes du Centre Nakkertok Nordique Sud.

Encore une fois, cette année, les épreuves des Championnats de l'Est du Canada se déroulaient à Cantley.

Simon Lapointe, Sophie Carrier-Laforte et Katherine Stewart-Jones ne se trouvaient pas en terrain inconnu. Ils ont l'habitude de cette compétition.

L'édition 2016 offrait cependant un petit quelque chose d'inédit, de nouveau.

La venue prochaine du Ski Tour Canada, une série de quatre événements qui figurent au calendrier de la Coupe du monde FIS, change considérablement la donne dans le petit monde du ski de fond.

Les athlètes qui ont couru en Outaouais ce week-end avaient l'opportunité d'amasser des précieux points FIS. Ces derniers pourraient leur permettre de décrocher un des laissez-passer supplémentaires qui seront attribués aux athlètes du pays hôtes.

«C'est évident que c'est toujours plaisant de pouvoir courir à la maison. Tout plein de gens que je connais, des amis pourraient se déplacer pour m'encourager», reconnaît Carrier-Laforte, qui est originaire d'Aylmer.

La première des quatre étapes du Ski Tour se déroulera justement «dans sa cour», à moins de 15 kilomètres de chez elle, au parc Jacques-Cartier de Gatineau, le 1er mars prochain.

En retirant ses skis, après avoir signé une septième position à l'épreuve du 15 kilomètres féminin open, dimanche, la représentante du club Skinouk ne pouvait que spéculer ses chances d'obtenir un des laissez-passer.

Rares sont ceux qui sont assurés de leur participation. «Il y a pas mal juste ceux qui finissent presque toujours dans les premières positions. Pour les autres, c'est plutôt incertain», dit-elle.

En fait, tous les fondeurs interrogés dimanche ne semblaient pas comprendre entièrement le protocole de sélection.

Lapointe, un autre représentant de Skinouk, semblait satisfait de sa deuxième position obtenue lors de l'épreuve de qualifications des sprints, vendredi. Il se demandait cependant si le nombre de points obtenus durant cette compétition lui suffirait. Sinon, il se propose de traverser le pays pour obtenir une nouvelle opportunité d'accumuler des points, lors des Championnats de l'Ouest du Canada. Ces derniers seront présentés à Prince George, en Colombie-Britannique, du 18 au 21 février.

«Je dois m'informer à savoir si ça vaut la peine d'y aller, indique le jeune homme de 22 ans. En ce moment, je dirais que je fais partie de ceux qui ont un pied dans l'enclos et un pied à l'extérieur.»

Lapointe cherche surtout à bien gérer son calendrier de compétitions de manière à ménager ses forces. Si on lui donne la chance de prendre part aux épreuves de la Coupe du monde qui seront présentées à Gatineau, puis à Montréal, Québec et Canmore, il ne voudra pas décevoir.

«Je suis très motivé, je veux prendre part à cette série d'épreuves. En même temps, je réalise que c'est la Coupe du monde. Le niveau de compétition sera exceptionnel. Si j'y vais, je devrai être top shape», explique-t-il.

En tout, près de 800 fondeurs ont pris part aux différentes épreuves qui étaient à l'affiche ce week-end à Cantley.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer