Angers veut guérir et réfléchir

Samuel Angers passera les prochaines semaines à réfléchir... (Darren Calabrese, Archives PC)

Agrandir

Samuel Angers passera les prochaines semaines à réfléchir à son avenir et guérir sa cheville droite.

Darren Calabrese, Archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Samuel Angers remise ses patins. Du moins pour un mois.

Le patineur artistique de Gatineau passera les prochaines semaines à réfléchir à son avenir et guérir sa cheville droite. Tout ça à la suite de sa contre-performance aux championnats canadiens, qui se sont conclus dimanche à Halifax.

Angers n'a pu faire mieux que le 17e rang chez les hommes seniors. Seulement un participant a terminé derrière lui au classement général.

«C'est sûr que je ne suis pas content. Je ne cherche pas 10 000 excuses non plus. Ça juste mal été», a-t-il laissé tomber, lundi soir, à son retour au Québec.

«Mon pied n'est pas encore à 100%. Mais ce n'était pas un facteur.»

Angers dit qu'il n'aurait pu mieux se préparer en vue de cette compétition remportée encore une fois par Patrick Chan, huit fois champion canadien. L'accent avait surtout été mis sur le programme court.

Un programme court qui lui avait causé des problèmes dans le passé. Qui a été source de nouveaux maux de tête dans les Maritimes.

Deux chutes l'ont fait dégringoler à l'avant-dernier rang après la première journée de compétition. Elles ont sapé du même coup sa confiance. «J'essayais de me motiver en vue du programme long par la suite, mais je savais que c'était fini», a-t-il dit.

Ses parents et sa soeur ont tenté de lui remonter le moral. Même un ancien dirigeant de Patinage Canada lui a suggéré de ne pas tirer un trait sur sa carrière.

Angers est revenu à la compétition cet hiver après être passé sous le bistouri, le printemps précédent. Malgré le peu de préparation, il a même gagné le titre québécois en novembre.

«Le médecin m'a dit que ça prendrait un an avant de voir l'impact de l'opération à ma cheville. Ça ne fait que neuf mois. Je veux voir ce qui peut arriver si je me donne un mois de repos... si je veux continuer.»

Car si l'athlète âgé de 22 ans décide de poursuivre sa carrière, il devra «pousser la machine encore plus». Il devra ajouter un quadruple saut à ses routines en plus de maîtriser le triple axel.

«Pas le choix, a-t-il avoué. Je sais ce qu'il faut des gros sauts. Mais pour ça, je veux m'assurer que ma cheville est guérie complètement.

«J'ai besoin de temps, a-t-il répété plus tard. Je ne veux pas prendre de décision tout de suite.»

Samuel Angers a longtemps été considéré un bel espoir du patinage québécois durant son adolescence. Il était devenu vice-champion canadien novice à l'âge de 16 ans.

En 2011, Patinage Canada l'avait invité à participer à une étape du circuit Grand Prix junior en Pologne. Mais depuis cette compétition, les blessures ont hypothéqué son avenir sportif.

Patinage Canada zieute Ottawa

Ottawa pourrait accueillir les championnats canadiens de patinage artistique pour une deuxième fois en quatre ans.

Patinage Canada a convoqué les médias lundi prochain à la Place TD pour «une importance annonce concernant la saison de patinage 2016-2017». Une conférence de presse à laquelle assisteront le maire, des dirigeants de la fédération nationale et la championne nationale en titre, Alaine Chartrand, qui représente le club Minto. Le pdg du Ottawa Sports and Entertainment Group (OSEG), qui gère la Place TD, sera aussi sur place.

Halifax a présenté l'édition 2016 des championnats canadiens. Kingston avait agi comme hôte l'an dernier. Patinage Canada n'a toujours pas dévoilé où se tiendra l'événement l'hiver prochain.

Ottawa a accueilli les meilleurs patineurs au pays en 2014. L'événement s'était déroulé au Centre Canadian Tire en raison des travaux de remise à neuf au parc Lansdowne. Dans le passé, le centre municipal, devenu l'aréna de la Place TD, a été le site de quatre éditions (1987, 1996, 1999 et 2006) de ces championnats. C'est sans compter la présentation d'une étape du circuit Grand Prix et des championnats du monde (1978 et 1984).

Boston, Helsinki et Milan accueilleront les trois prochaines éditions des Mondiaux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer