L'émotion de la victoire d'Alaine Chartrand

Alaine Chartrand n'est pas habituée à se faire... (Darren Calabrese, PC)

Agrandir

Alaine Chartrand n'est pas habituée à se faire appeler championne. «Ça sonne bizarre», admet la jeune femme de 19 ans.

Darren Calabrese, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une douzaine d'heures plus tard, Alaine Chartrand se trouvait toujours sous le choc. La veille, elle avait décroché son premier titre national senior en carrière aux championnats canadiens de patinage artistique disputés à Halifax.

«J'ai encore de la difficulté à y croire», a lancé dimanche l'athlète originaire de Prescott, en Ontario.

Chartrand, qui s'entraîne au club Minto, à Nepean, prenait quelques minutes de son horaire chargé pour rappeler LeDroit. Elle venait de participer à une répétition en vue du gala des champions.

Un peu tout le monde la félicitait. On l'appelait championne par ici et par là. «Ça sonne bizarre. Je ne suis pas habituée à ça», a ajouté la jeune femme âgée de 19 ans.

L'an dernier, elle avait raflé la médaille d'argent à ces mêmes championnats. En 2014 à Ottawa, deux chutes l'avaient relégué en cinquième place. «Ça fait un bout de temps que j'attends ce moment-ci. Toutes ces heures passées sur la route, dans les arénas à m'entraîner fort, auront valu la peine.»

Chartrand l'avoue. Elle patine «tout le temps».

Il est hors de question de prendre une semaine de congé à son retour à la maison. «Je ne connais pas ça une semaine de congé», a-t-elle affirmé en riant.

Son horaire comprend deux journées passées à Nepean à s'entraîner au club Minto. Elle foule la glace dans un aréna près de Prescott deux autres journées.

On la retrouve dans la région de Toronto pendant deux jours où se trouve un de ses entraîneurs, Brian Orser.

«J'ai une journée de repos par semaine», a-t-elle noté.

Dans le passé, Alaine Chartrand s'est aussi entraînée en Outaouais. Plus précisément à l'aréna Duchesnay.

«Je passe beaucoup de temps dans ma voiture ou dans le véhicule récréatif de mon père», a-t-elle reconnu.

Les prochaines semaines, des déplacements en avion l'attendront. D'abord en février en vue des championnats des quatre continents qui seront présentés à Taïpei.

Puis en mars, ce sera place à un séjour à Boston en vue des championnats du monde.

«Je n'ai pas eu le temps de me fixer un objectif, mais mon pointage obtenu à ces championnats canadiens me place en ce moment dans le top-5 au monde», a noté Chartrand, qui n'oubliera jamais son dernier week-end dans les Maritimes.

La foule s'est rangée derrière elle dès le programme court présenté le vendredi. «Les gens tapaient des mains durant ma routine, a relaté la nouvelle championne.

«Puis samedi lors du programme long, je n'avais pas encore terminé ma dernière spirale que les gens étaient debout, ça criait fort, a-t-elle enchaîné. Des amateurs que j'ai rencontrés par la suite me disaient avoir pleuré en me voyant patiner. Je ne pensais jamais provoquer des émotions si fortes.»

Chartrand a livré une routine comprenant sept triples sauts sous le son de Gone with the Wind. Gabrielle Daleman, de Newmarket, a terminé deuxième.

La double championne canadienne Kaetlyn Osmond a dû se contenter du troisième rang.

Chez les hommes, Patrick Chan a remporté un huitième titre national, lui qui avait pris une année sabbatique après les Jeux olympiques de Sotchi. Liam Firus et Kevin Reynolds, tous deux de la Colombie-Britannique, ont complété le podium.

Le Gatinois Samuel Angers n'a pu faire mieux qu'une 17e place.

Meaghan Duhamel et Eric Radford sont demeurés championnats canadiens en couple. Même chose pour Kaitlyn Weaver et Andrew Poje en danse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer