Un couple de fondeurs de l'Outaouais en Europe

Laura Leclair (gauche) et William Dumas (droite) profiteront... (Courtoisie, Martin Kaiser)

Agrandir

Laura Leclair (gauche) et William Dumas (droite) profiteront peut-être de leur prochain voyage en Europe pour s'organiser un petit souper en tête à tête, entre deux compétitions de ski de fond.

Courtoisie, Martin Kaiser

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Son copain s'est qualifié en vue des championnats du monde juniors pendant qu'elle se taillait une place en vue d'une tournée en Europe.

Laura Leclair et William Dumas ont vécu leur propre version d'un beau week-end en amoureux ces derniers jours à... Thunder Bay. Le couple de skieurs de fond de l'Outaouais participait aux sélections de l'équipe canadienne.

«Il faisait tellement froid que les organisateurs ont dû annuler le skiathlon dimanche», souligne Leclair.

Cette dernière s'était pointée dans le Nord ouest de l'Ontario avec l'objectif de se qualifier en vue des Mondiaux juniors. Elle a raté de justesse.

«Mais d'être choisie pour ce tour est une belle surprise, avoue la jeune femme qui a fêté ses 19 ans durant cette compétition. Je pense que ce sera même meilleur pour mon développement.»

Leclair, qui fait partie du club Chelsea Nordiq, disputera trois courses en Allemagne et trois autres en Suisse au début du mois de février. Elle n'aurait disputé qu'une seule épreuve, celle des sprints, si l'équipe canadienne l'avait choisie pour les championnats du monde.

«Une seule course en trois semaines, précise-t-elle. Le tour s'avère meilleur pour mon développement en tant qu'athlète.»

En prime, Leclair pourra croiser son copain William en Allemagne. Ce dernier compte participer à une course là-bas en guise de préparation en vue des Mondiaux.

«Laura fera cette course, qui fait partie de sa tournée. Nous aurons le temps de nous voir un peu. Ça sera le fun», reconnaît Dumas.

La paire a eu peu de temps pour s'encourager un et l'autre durant les sélections nationales à Thunder Bay. Souvent, leurs courses respectives se déroulaient une après l'autre.

«On se disait un petit allô le matin et le soir. Nous voulions éviter de nous distraire. Nous tenions à demeurer très concentrés sur nos grosses courses», explique le jeune homme âgé de 19 ans.

Une décision qui aura été payante.

Dumas a obtenu son billet pour la Roumanie, qui accueillera les championnats du monde juniors à la fin février. Un camp d'entraînement l'attend en Autriche avec les autres membres de l'équipe canadienne.

C'est sans compter un court séjour en Suisse, terre natale de sa mère où il s'est entraîné au sein d'une équipe locale lors des trois derniers étés.

«C'est le rêve de tout skieur de pouvoir aller en Europe. Les meilleurs skieurs se trouvent là-bas. Les championnats du monde, c'est une porte qui s'ouvre pour moi, note-t-il.

«Ce sera ma première expérience... J'espère que ce ne sera pas la dernière.»

Surtout, ce billet pour les Mondiaux représente une victoire personnelle. La saison dernière s'était mal conclue pour lui.

«J'avais une bronchite lors des championnats canadiens. Je devais prendre des antibiotiques. Je n'avais pas réussi à me tailler une place au sein de l'équipe nationale junior», raconte Dumas, qui représente le club Skinouk cet hiver.

Une de ses coéquipières, Sophie Carrier-Laforte, effectuera aussi le voyage en Roumanie. Il s'agira d'une troisième participation à des championnats du monde dans son cas. Ce sera toutefois la première fois qu'elle concourra chez les moins de 23 ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer