Une première saison sans Caroline Calvé

Une nouvelle saison de la coupe du monde... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Une nouvelle saison de la coupe du monde de surf des neiges débutera samedi à Carezza, où Caroline Calvé a connu beaucoup de succès.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour la première fois depuis 10 ans, le nom de Caroline Calvé ne sera pas appelé au départ de la première épreuve alpine de la saison sur le circuit de la Coupe du monde de surf des neiges.

Le coup d'envoi est prévu samedi à Carezza, en Italie, en vue d'un slalom géant en parallèle. «Peut-être que je vais avoir un pincement au coeur parce que c'est un endroit où j'ai toujours connu du succès», avoue au bout du fil l'ancienne planchiste originaire du secteur Aylmer.

Calvé se trouvait à Québec, et non en Europe. Elle profite de ses premiers mois à la retraite.

La septuple médaillée en Coupe du monde a remisé sa planche en juin après une longue et fructueuse carrière sur les pentes. Elle a notamment monté quatre fois sur le podium à Carezza, gagnant l'or en 2011 puis 2013. «C'était ma montagne», lance-t-elle durant l'entrevue.

Mais du même souffle, Calvé ne regrette pas sa décision. Elle le répète souvent.

«Je suis tellement contente d'être à la maison. C'était la bonne décision», mentionne la femme qui a fêté ses 37 ans en octobre.

Maître de son temps

Elle avoue manquer les sorties du matin, à embarquer dans la gondole pour aller glisser sur sa planche. En revanche, elle ne s'ennuie pas des mois meublés de compétitions et camps d'entraînement ici et là, qui lui laissaient rarement du temps libre.

Maintenant, Calvé possède le contrôle de son calendrier. «Pour la première fois, je peux regarder mon horaire et dire que le 22 janvier, oui, je suis disponible», lance-t-elle en exemple.

Cela dit, ses journées restent occupées. Elle est impliquée dans divers projets.

Tenez: cette semaine, Calvé passe deux jours à Québec pour visiter des écoles à titre d'ambassadrice du programme «Jouez gagnant» du ministre de l'Éducation. Elle joue aussi un rôle de conférencière au sein d'entreprises.

Quoi d'autre?

Il y a un projet de baladodiffusion sur la table en compagnie de deux autres olympiens. La diplômée en animation et communication radio-télé réaliserait de longues entrevues avec des athlètes, qui raconteraient des histoires inédites.

Calvé a aussi accepté d'être porte-parole pour le centre communautaire Wabano d'Ottawa. Plus précisément pour un programme de promotion de sports auprès des jeunes aux racines autochtones qui habitent en ville.

Des sorties en plein air se trouvent au menu. L'ex-planchiste compte faire découvrir à ces ados le surf des neiges et le ski.

La liste n'est pas complète.

Il y aura aussi Caroline Calvé, l'entraîneuse. Elle doit participer à des cliniques de planches à neige au Québec et en Ontario.

«J'ai le pied dans la porte de plein d'affaires, reconnaît-elle en riant. Je suis dans une période où je sauce le pied dans différentes piscines. Et je vais finir par décider quelle piscine me plaît le plus.»

Ce qu'on a retenu de la quinzaine de minutes de discussion avec elle?

Que la retraite semble bien entamée. Que Calvé semble s'amuser. Et surtout, qu'on n'ait pas fini de la croiser ou d'entendre parler d'elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer