Cook ratera toute la saison

Dustin Cook, le skieur alpin du Lac Sainte-Marie,... (Alessandro Trovati, Archives AP)

Agrandir

Dustin Cook, le skieur alpin du Lac Sainte-Marie, s'est blessé au genou plus tôt cette saison, lors d'une descente en Autriche.

Alessandro Trovati, Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ce n'était qu'une question de temps. Dustin Cook le savait trop bien.

«Tous les skieurs alpins y passent durant leur carrière», avoue le vice-champion du super-G, qui se retrouvera sur une table d'opération sous peu. L'athlète du Lac Sainte-Marie était de retour dans sa région natale, vendredi, une semaine après s'être blessé sérieusement au genou droit lors d'un entraînement en Autriche.

Ce dernier s'est déchiré le ligament croisé antérieur et le ligament collatéral médial. Tout ça en raison d'une chute sur un parcours glissant.

Il n'a pas été la seule vedette à se retrouver à l'hôpital. Quelques gros noms, dont la double championne du monde, Anna Fenninger, se sont déboîté un genou.

«J'ai subi aussi une petite déchirure d'un muscle abducteur du côté gauche», précise Cook.

Résultat, sa saison en Coupe du monde a pris fin même avant de commencer. Le skieur de l'Outaouais n'aura pas l'occasion de dupliquer son hiver de rêve.

Cook, 26 ans, a monté trois fois sur le podium en 2014-2015, gagnant notamment le super-G de Meribel, en France. Il avait aussi terminé deuxième au championnat du monde.

«On me dit que je vais manquer six mois. J'ai espoir de reprendre l'entraînement en mai. Ce n'est pas plaisant. Mais il n'y a rien que je puisse y faire, rappelle-t-il. «Je n'ai jamais été blessé auparavant.»

Son téléphone et sa boîte de courriels ont été inondés de messages de prompt rétablissement depuis sa chute.

Ça provenait d'amis, membres de la famille, coéquipiers et aussi adversaires.

«Plusieurs gars qui ont dû être opérés dans le passé», fait remarquer Cook.

Dans le lot, il y a l'ancien champion du monde Erik Guay, qui renoue avec la compétition. Il a été blessé à six reprises aux genoux.

Son ancien coéquipier de l'équipe nationale, Jean-Philippe Roy, l'a aussi contacté. Il habite dans la région.

Leur message? Qu'il est chanceux dans sa malchance. Il sera mieux armé pour effectuer un retour en force.

«On m'a dit que j'ai pu connaître du succès avant de me blesser. Donc, je sais ce dont je suis capable.»

De quoi aussi à le motiver à revenir en force.

Restera à voir comment ça se passera entre ses deux oreilles dans les secondes avant de s'élancer à sa prochaine course. Est-ce qu'il craindra de se blesser à nouveau?

«Ça va être la partie plus compliquée», reconnaît Cook, qui participait à une soirée en son honneur vendredi soir dans un bar du marché By.

Initialement, ça devait servir de campagne de financement. Des amis brasseurs et autres connaissances du milieu des affaires avaient uni leurs forces.

Mais la blessure a changé les plans.

«C'est l'occasion plutôt de jaser et de boire quelques verres, lance-t-il en riant.

«Mentalement, je vais bien. C'est physiquement que ça va mal, précise-t-il par la suite en commentant sa bonne humeur. Heureusement, j'ai ma machine à glace que je traîne avec moi un peu partout!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer