L'ancien croque-mort devenu champion homme fort

Dave Ostlund et Marshall White, l'équipe des États-Unis...

Agrandir

Dave Ostlund et Marshall White, l'équipe des États-Unis à l'International des athlètes de force, étaient trop forts pour leurs adversaires, ce week-end.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un ancien croque-mort du Texas et son bon ami du Minnesota étaient trop forts pour la compétition à l'International des athlètes de force de Gatineau, qui s'est conclu lundi après-midi, au parc de la Baie.

Marshall White et David Ostlund ont remporté l'épreuve par équipe dotée d'une bourse de 15 000 $. La paire américaine a devancé un duo estonien formé de Mitt Tarmo et Markus Mannik, surnommés les «Barbares baltes» sur le circuit européen. Les Britanniques Chris Gearing et Aaron Page ont terminé troisièmes devant le duo canadien du Gatinois Jessen Paulin et Grant Connors.

Tout ça devant des estrades bondées malgré l'humidité écrasante qui a étouffé l'Outaouais durant le week-end.

«J'ai eu beaucoup de plaisir», a soutenu White, une dizaine de minutes après la fin de l'événement. Il suait à grosses gouttes dans la tente réservée aux athlètes.

La température ressentie dépassait le cap des 40 degrés Celsius lorsque les huit participants se sont tapé la dernière étape, un méli-mélo de trois défis, dont la bascule d'un pneu de 955 livres.

«C'était difficile, mais pas en raison de la météo. Je suis habitué à pire au Texas», a lancé White du haut de ses 6'3'' et 290 livres.

Ce dernier a passé les trois derniers jours à narguer ses adversaires. Il a aussi multiplié les déclarations-chocs ici et là lorsqu'interrogé par l'animateur et ancien homme fort, Hugo Girard.

«La victoire est dans la poche», a avancé White, sourire en coin, au début de la troisième et dernière journée de la compétition.

Ostlund et lui ont mené du début jusqu'à la fin.

«Dave a tout fait le travail. Moi, je suis ici en raison de mon look et mon franc-parler», a-t-il blagué au micro à un certain moment.

White renouera avec son emploi de préparateur physique dans les prochains jours. Un boulot qu'il aime beaucoup plus que son précédent. L'homme de 33 ans était entrepreneur de pompes funèbres.

«Il n'y a rien de trop jojo de travailler parmi des morts, a-t-il reconnu. Ça bouge beaucoup plus maintenant dans mon nouveau rôle.»

Quant à Ostlund, il est un type réservé, mais puissant. Le colosse de 6'7'' et 350 livres a participé à sept reprises au World Strongest Man, remportant le bronze en 2008.

Il s'est pointé en Outaouais un brin fatigué. Pas en raison d'une compétition, mais plutôt de la naissance d'un deuxième enfant. Sa conjointe et lui sont devenus parents d'une petite fille, il y a une quinzaine de jours.

Le couple avait déjà un garçon qu'il a nommé... Thor.

Il s'agissait de la 17e année que Gatineau accueillait des hommes forts sur son territoire. La première édition avait eu lieu en 1999.

Chaque fois, leurs exploits se déroulent lors du Festival de montgolfières. C'était toutefois la première édition de cette nouvelle formule par équipe opposant quatre nations.

Le promoteur a bien aimé la dynamique. Il a aussi apprécié la rivalité amicale qui s'est installée entre les Américains et les Britanniques.

«Ils sont flamboyants. On dirait des personnages de bandes-dessinées», a fait remarquer Hugo Girard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer