Retour d'un homme fort connu à Gatineau

Il s'agit déjà d'un deuxième retour à la... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Il s'agit déjà d'un deuxième retour à la compétition pour Jessen Paulin, un grand ami du Gatinois Hugo Girard.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Un homme fort de l'Outaouais effectuera un retour à la compétition dans une vingtaine de jours. Un ancien double champion canadien qui a déjà participé au World Strongest Man.

Non, ce n'est pas Hugo Girard. Il s'agit plutôt de son bon ami Jessen Paulin, qui avait pris sa retraite à l'automne 2011.

« J'ai la tête un peu grisonnante. J'ai pris un peu d'âge. Je n'ai peut-être pas la même mobilité, mais je m'entraîne encore, je suis encore fort et je suis capable d'exécuter plusieurs tours de force », assure le Gatinois âgé de 41 ans.

Mieux préparé

Le père de famille de deux enfants a confirmé, mardi matin, qu'il soulèvera plusieurs poids impressionnants, dont un gros billot et des pierres d'Atlas. L'annonce a coïncidé avec le dévoilement de la programmation du nouveau concours d'hommes forts qui sera présenté du 5 au 7 septembre au parc de la Baie dans le cadre du Festival de montgolfières de Gatineau.

L'International des athlètes de force opposera quatre équipes de deux compétiteurs aux biceps impressionnants. On retrouvera deux Slaves, deux Britanniques, deux Américains et deux Canadiens, dont Paulin, qui se taperont huit épreuves sur trois jours.

« Ce format par équipe me donne une opportunité de revenir et me retirer la tête haute. J'avais effectué un retour en 2011 après avoir arrêté une première fois en 2009. Mais ça ne s'était pas bien passé, rappelle Paulin du haut de ses 6' 3" et 303 livres.

« Mais là, j'ai une meilleure préparation. Et je trouve ça important de quitter sur une bonne note. J'ai suivi le concours d'hommes forts de Gatineau depuis ses débuts en 1999. Même quand j'ai arrêté la compétition, j'ai continué à donner un coup de main à l'événement. J'ai fait de l'animation. J'ai été officiel. Les gens ont continué à venir me saluer, à me dire qu'il voulait me voir en compétition. »

Ces amateurs pourront maintenant l'encourager une dernière fois. La décision de revenir sur le terrain n'a pas été facile à prendre. Paulin a dû en parler avec sa famille.

« Ma conjointe est réticente envers ça. Elle a des craintes que je me blesse », avoue-t-il.

Quant à Hugo Girard, qui organise l'International des athlètes de force, il n'a jamais été question pour lui d'imiter son ami. « Je n'ai pas le temps de m'entraîner sérieusement pour effectuer un retour », note-t-il.

On le voit un peu partout au petit écran. C'est sans compter son implication dans diverses aventures d'affaires.

Compétition sérieuse

Girard était fier de parler du retour de Paulin, mais également de la nouvelle formule de sa compétition en sol gatinois doté d'une bourse de 15 000 $. Un événement qui gagnera rapidement en crédibilité à ses yeux.

« Les Britanniques ont organisé des qualifications pour choisir leurs deux représentants, explique l'homme fort de 43 ans. Ils ont même remis 10 000 livres en prix aux gagnants. Ils prennent cette compétition-ci au sérieux. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer