Veillées tardives en perspective

Les nageurs qui prendront part à plusieurs épreuves... (Agence France-Presse, Archives)

Agrandir

Les nageurs qui prendront part à plusieurs épreuves aux Jeux de Rio - et ceux qui gagneront des médailles - pourraient devoir attendre jusqu'à 2 h ou 3 h du matin avant de pouvoir aller dormir.

Agence France-Presse, Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
KAZAN

Certains qualifient l'idée d'«irresponsable». D'autres parlent plutôt de «décision d'affaires». La Fédération internationale de natation (FINA) se défend en faisant porter la responsabilité sur le Comité international olympique.

Qu'importe les facteurs en jeu, la conséquence pour les nageurs est celle-ci: ils disputeront leurs compétitions jusqu'à ou même après minuit l'année prochaine aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro.

Les finales commenceront à 22h, heure locale - environ quatreheures plus tard que les nageurs en ont l'habitude. Pour compenser, les préliminaires habituellement en matinée s'amorceront à 13h.

«Nous nous préparerons en conséquence, mais c'est une décision plutôt irresponsable», a déclaré l'entraîneur-chef australien Jacco Verhaeren à l'Associated Press.

L'horaire sera adapté pour l'auditoire de la télévision en Amérique du Nord. Rio a une heure d'avance sur New York et quatreheures d'avance sur la côte ouest américaine. Il convient également à l'Asie, où les événements de fin de soirée à Rio seront présentés en matinée le lendemain et peuvent se prolonger en après-midi.

L'auditoire en Europe sera toutefois pratiquement exclu.

Un horaire qui rappelle les finales présentées le matin aux Jeux de Pékin en 2008, qui a permis de présenter la quête record de huit médailles d'or de Michael Phelps pendant les heures de grande écoute aux États-Unis.

Ce calendrier sera exigeant pour les nageurs qui prennent part à plusieurs épreuves ainsi que pour les médaillés. Après les interviews d'après-course, la conférence de presse et le test de dopage, les athlètes pourraient ne pas retourner au village des athlètes avant le petit matin.

«Normalement, à 2 ou troisheures du matin au village des athlètes, il y a un personnel réduit et le choix de nourritures est limité», a déclaré le Sud-Africain Cameron van der Burgh, qui espère défendre son titre du 100 mètres brasse à Rio.

La FINA tentera de loger les nageurs aux étages supérieurs du village. Ainsi les athlètes se levant tôt ne réveilleront pas ceux qui se seront couchés tard.

«La qualité de la nourriture, la disponibilité de la nourriture et le transport seront assurés, a déclaré le directeur exécutif de la FINA, Cornel Marculescu. Et il y aura deux piscines temporaires au village pour l'entraînement... Nous tentons de faciliter les choses autant que possible.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer