Sur la bonne voie pour 2016

Les ouvriers travaillent sur le bâtiment qui accueillera... (Associated Press)

Agrandir

Les ouvriers travaillent sur le bâtiment qui accueillera les compétitions aquatiques.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jenny Barchfield
Associated Press
RIO DE JANEIRO

À un an du début des Jeux olympiques de Rio de Janeiro, le maire Eduardo Paes a déclaré que la construction de tous les bâtiments respecte les échéanciers et qu'ils seront livrés à temps pour les jeux de l'an prochain - un exploit qu'il a comparé à «un miracle».

S'adressant devant une foule de quelques centaines de journalistes à l'intérieur d'un stade en construction, Paes a déclaré hier que les progrès dans l'érection des infrastructures pour les Jeux olympiques de Rio démontrent que les Brésiliens sont capables de livrer de grands projets à temps et en respectant les budgets octroyés.

Ce pays d'Amérique du Sud a été critiqué pour ses problèmes à rencontrer les échéanciers et à limiter les dépassements de coûts lors de la Coupe du monde de soccer l'an dernier, et le Comité international olympique (CIO) a déjà exprimé par le passé ses préoccupations quant aux progrès enregistrés dans la préparation pour les Jeux olympiques de 2016.

Paes a cherché à dissiper tous les doutes en énumérant très précisément les progrès dans la construction de chacun des stades et la date où ils devraient être complétés - bien avant le 5 août, soit la date de la cérémonie d'ouverture.

«Nous voulons démontrer que nous sommes capables de livrer la marchandise dans les délais, que le Brésil n'est pas un paradis du dépassement de coûts, où tout est livré en retard», a dit Paes, qui ironiquement a dû interrompre son discours à certains moments en raison des bruits attribuables aux travailleurs de la construction dans l'Arena Carioca 3, qui serait déjà complété à 98 pour cent selon les documents fournis par l'organisation.

«Nous sommes en train de vivre un miracle ici», a-t-il ajouté.

Paes était flanqué hier lors de la conférence de presse de Carlos Nuzman, un membre du CIO qui dirige le comité d'organisation local. La principale attraction de ce spectacle, le président du CIO Thomas Bach, n'était toutefois pas disponible, à cause de la fatigue causée par son périple en avion vers le Brésil qui aurait duré une trentaine d'heures au total.

Rencontré mardi après être parti de Kuala Lumpur, en Malaisie, où le CIO a tenu une réunion la semaine dernière, Bach a déclaré que «je suis très confiant que dans un an nous serons tous éblouis par une merveilleuse cérémonie d'ouverture et par l'hospitalité des Brésiliens.

«Nous aurons de grands jeux qui refléteront la passion et l'efficacité brésiliennes, a-t-il poursuivi. Je n'ai pas de préoccupation particulière, parce que je suis très confiant que le comité organisateur et tous les paliers de gouvernement continueront de travailler de façon dynamique.»

ET L'EAU?

D'autre part, Paes et Nuzman ont été constamment questionnés quant aux enjeux relatifs à la qualité de l'eau aux Jeux de Rio.

Une étude de l'Associated Press diffusée la semaine dernière a démontré des niveaux anormalement élevés de bactéries et de virus dans l'eau où seront présentées de nombreuses compétitions, et l'Organisation mondiale de la santé a demandé au CIO de poursuivre les tests de dépistage dans l'eau de Rio jusqu'à l'ouverture des jeux l'an prochain.

En dépit des nombreux reproches, Nuzman a insisté pour dire que les cours d'eau de Rio sont propres. «Nous avons entendu dire que des athlètes avaient nagé avec les poissons, a-t-il confié, en ajoutant, il y a donc des faussetés qui sont véhiculées».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer