Nage synchronisée: une qualification historique

«La plus grosse différence en mixte, c'est la... (Agence France-Presse)

Agrandir

«La plus grosse différence en mixte, c'est la poussée acrobatique. Je n'ai jamais été poussée hors de l'eau aussi haut», avoue la Gatinoise Stéphanie Leclair, que l'on voit ici avec son partenaire Robert Prévost.

Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il s'agissait de sa première compétition en deux ans. Depuis que son corps l'a laissé tomber sous le poids des blessures. Que l'heure de la retraite avait sonné.

Stéphanie Leclair était nerveuse, mardi midi, en se pointant le bout du nez sur le bord de la piscine à Kazan, en Russie.

La nageuse synchronisée de Gatineau a complété son retour-surprise à la compétition en prenant part à la première épreuve en duo mixte de l'histoire des championnats du monde. Elle faisait équipe avec Robert Prévost, de Montréal, terminant huitièmes avec un pointage de 82,33 points. Du même coup, les deux nouveaux coéquipiers se sont qualifiés en vue de la finale prévue jeudi.

« J'étais stressée... C'est normal. Ça faisait longtemps que je ne me baignais plus. Je dirais que j'étais même rouillée un peu », a avoué Leclair au bout du fil.

Cette dernière est sortie de la retraite, il y a deux mois, reprenant l'entraînement. Tout ça en cachette.

Tout ça à la demande de Synchro Canada.

On lui a proposé de faire partie d'un groupe de pionniers. De former le premier duo canadien mixte en compagnie de Prévost, âgé de 35 ans.

L'idée l'intriguait, elle qui était demeurée impliquée dans la nage synchro après avoir remisé son maillot. Elle avait notamment dirigé une équipe féminine aux Jeux du Québec, l'hiver dernier, à Drummondville.

« La décision s'est prise sur le tard parce que les garçons qui pratiquent la nage synchro, il n'en pleut pas, a rappelé la femme âgée de 25 ans. Et ce n'est pas tout le monde qui était prêt à se lancer dans ce défi. Il faut être courageux. »

Certaines personnes redoutaient l'accueil que réserverait le public russe à cette nouvelle épreuve de nage synchronisée.

Est-ce que les spectateurs seraient timides de voir un homme nager aux côtés d'une femme ? Est-ce qu'il y aurait autant de gens dans les estrades que lors des duos féminins ?

Stéphanie Leclair a bien aimé la réaction de la foule.

« Les gens ont été chaleureux. Ils s'étaient déplacés en grand nombre. Ils étaient curieux et enthousiastes. Nous avons vraiment été bien accueillis. Les gens ont vu que ça ressemble au patinage artistique. »

Elle-même a été surprise par les différences entre un duo féminin et mixte.

Leclair nageait en duo avec son amie Karine Thomas avant de prendre sa retraite.

« La plus grosse différence en mixte, c'est la poussée acrobatique. Je n'ai jamais été poussée hors de l'eau aussi haut par une personne auparavant. C'est quand même exceptionnel. »

En finale jeudi

Et la huitième place dans tout ça ? Le duo canadien a présenté une routine sous un thème égyptien.

« Nous sommes satisfaits, car nous n'avons pas eu beaucoup de temps pour nous entraîner, nous préparer », a soutenu Leclair.

La paire enfilera son maillot à nouveau demain en vue de la finale.

« Nous n'avons pas été parfaits. Il y a des choses que nous allons devoir corriger », a soutenu l'athlète originaire de l'Outaouais.

La FINA peut se targuer d'aligner un peloton étoile pour ce premier duel de duos mixtes de son histoire.

Plusieurs gros noms de la nage synchro ont repris l'action pour cette première.

Tiens, il y a la Française Virginie Dedieu, qui a fait équipe avec Benoit Yves Beaufils. Elle a gagné trois titres mondiaux en solo de 2003 à 2007. L'Espagnole Gemma Mangual, 38 ans, s'avère une double médaillée des Jeux olympiques de 2008, à Pékin.

Stéphanie Leclair n'a rien à leur envier en matière de feuille de route, remportant le bronze aux Mondiaux juniors en 2008 en plus de monter à deux reprises sur la troisième marche du podium aux championnats du monde en 2011 et 2013.

Santé solide

Et pour ceux qui s'inquiètent de son état de santé, elle s'est montrée rassurante. Ses hanches ne la font plus souffrir autant.

« Ça va très bien. La charge de travail n'est plus la même qu'auparavant. Ça se gère beaucoup mieux. »

Sur ce, il était temps de raccrocher. L'heure du dodo approchait déjà en Russie.

Partager

À lire aussi

  • Leclair, pionnière du duo mixte

    Sport régional

    Leclair, pionnière du duo mixte

    D'un poste d'entraîneur adjoint à un retour comme athlète, il n'y a qu'un pas que Stéphanie Leclair va franchir allègrement pour remplir en même... »

  • Leclair sort de sa retraite

    Autres sports

    Leclair sort de sa retraite

    Elle aura été inactive pendant huit mois, mais l'Olympienne Stéphanie Leclair n'a pu résister à la tentation d'essayer une toute nouvelle épreuve aux... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer