Boisvenue ramène l'argent en Outaouais

La karatéka Camélie Boisvenue... (PHOTO ÉTIENNE RANGER, ARCHIVES LE DROIT)

Agrandir

La karatéka Camélie Boisvenue

PHOTO ÉTIENNE RANGER, ARCHIVES LE DROIT

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un moment, Camélie Boisvenue sourit. Un autre, elle verse quelques larmes. Tout ça non loin du tatami où elle a combattu quelques minutes auparavant.

La karatéka de Gatineau a remporté la médaille d'argent en finale des Jeux panaméricains, samedi soir, à Toronto. Un coup de pied de son adversaire Valeria Echever, de l'Équateur, dans les dernières secondes du combat chez les plus de 68 kg l'a privée de l'or.

Boisvenue menait ce combat 2-0 avant d'être frappé à la tête, ce qui lui a coûté trois points. Une séquence qui a forcé les officiels à consulter la reprise vidéo afin de trancher s'il y a eu contact ou non.

«Ça aurait été le fun de gagner, d'entendre l'hymne national canadien, a soutenu au bout du fil l'étudiante-athlète en technique policière au Cégep de l'Outaouais.

«Je suis pleine d'émotions en ce moment... Je suis satisfaite d'avoir atteint mon objectif, qui était de me retrouver sur le podium aux Jeux. Mais je suis déçue en même temps de passé si proche. Ça s'est décidé dans les dernières secondes.»

Et la décision des officiels était controversée.

La séquence vidéo diffusée au petit écran démontrait que le pied d'Echever n'avait jamais atteint la tête de Boisvenue.

«Le combat est fini. Je ne peux plus chialer, a commencé par dire la vice-championne des Jeux.

«Mais je sais que je l'ai bloqué. Sur le gros écran dans l'aréna, on pouvait voir que ma main a bloqué son coup de pied. Quand tu te fais marquer, tu l'acceptes. Mais quand tu bloques un coup et on le donne pareille, ça vient me chercher. Ce coup de pied a tout changé.»

Il reste que l'exploit de Camélie Boisvenue, âgée de 18 ans, n'a rien de banal. Elle dispute sa première saison sur le circuit senior international.

Classée 34e au monde, elle a battu en ronde préliminaire, la première favorite du tournoi, la Brésilienne Isabela Dos Santos. Puis en finale, son adversaire occupait le 18e rang mondial.

«J'ai terminé deuxième. Toutes ces filles, elles sont plus vieilles que moi. Elles ont participé à plus de championnats que moi. J'ai démontré que je suis au même niveau qu'elle. Ça donne confiance.»

Surtout, ça alimente encore plus son rêve. Celui de participer aux Jeux olympiques.

Le Comité international olympique (CIO) doit décider en septembre si le karaté sera inséré au menu des JO de 2020 à Tokyo.

«C'est dans ma mire, a avoué Boisvenue, qui aurait alors 23 ans. Je souhaite vraiment que le karaté rentre aux Jeux. Ça serait parfait pour moi. Je serais au sommet de ma carrière.»

En attendant, la jeune femme conservera de bons souvenirs de cette participation aux Jeux panaméricains.

Sa famille, son copain, son entraîneur et des amies s'étaient déplacés à Toronto afin de l'encourager. Tout ce beau reviendra en Outaouais lundi matin.

Puis il y aura toujours cette médaille d'argent. Une pièce de collection qui aura une place bien spéciale dans la chambre de la mordue des arts martiaux.

«J'accroche toutes mes médailles sur une «pole». Là, je suis rendue à une deuxième «pole». Je vais mettre celle-ci au centre. Elle sera assez visible», a promis Boisvenue.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer