«J'adore jouer contre Maria»

Serena Williams et Maria Sharapova... (Photos archives AFP)

Agrandir

Serena Williams et Maria Sharapova

Photos archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Colin Droniou
Agence France-Presse
LONDRES

L'ogresse Serena Williams, lauréate des trois derniers tournois du Grand chelem, affronte aujourd'hui lors du choc des demi-finales de Wimbledon la Russe Maria Sharapova, qui ne l'a plus battue depuis 11 ans.

La no1 mondiale américaine a remporté les 16 derniers matches contre l'actuelle no4, qui ne lui a même plus pris un set depuis cinq rencontres.

Cette finale avant l'heure a de quoi apparaître déséquilibrée alors que l'autre match entre la révélation espagnole Garbine Muguruza et la combative polonaise Agnieszka Radwanska semble plus indécis.

«J'adore jouer contre Maria, salive d'avance Serena. Elle arrive à tirer le meilleur de moi-même. Je ne pense pas avoir la moindre pression avant le match. On a été rapidement éliminées en 2014 (au troisième tour pour Serena, en huitièmes pour Sharapova, NDLR) et on profite toutes les deux du moment.»

«Assurément, il n'y a aucun secret entre nous deux, reconnaît Sharapova. Je n'ai pas beaucoup de victoires contre elle, j'aimerais bien que ça change».

Pourtant, si elle fait un effort de mémoire, la Sibérienne de 28 ans puisera dans ses souvenirs la force de ne pas se présenter comme une vache à l'abattoir.

Car malgré deux défaites sur le gazon londonien en 2010 à Wimbledon et en 2012 lors des JO, une victoire ici sur l'impressionnante Américaine, qui plus est en finale, l'actuelle no4 l'a déjà fait!

C'était en 2004. Elle avait remporté le premier de ses cinq titres majeurs, à 17 ans. La même année au Masters, elle avait même trouvé le moyen de prendre l'avantage (2-1) dans leurs duels.

Depuis, Serena s'est pourtant lancée dans une chasse inassouvie aux Majeurs et, à 33 ans, la cogneuse frappe désormais à la porte de l'histoire après avoir souvent ridiculisé sa rivale. La dernière fois remonte à cet hiver seulement, en finale de l'Open d'Australie (6-3, 7-6).

Sacrée à cinq reprises à Londres, Williams a remporté 20couronnes majeures, dont les trois dernières mises en jeu: l'US Open, l'Open d'Australie et Roland-Garros. Alors qu'elle reste sur 26 victoires consécutives à ce niveau depuis sa qualification douloureuse mardi contre la Victoria Azarenka, elle peut donc rejoindre cet été Steffi Graf et ses 22 sacres si elle réalise ce fameux Grand Chelem calendaire après lequel elle court mais qu'elle ne veut plus commenter.

Difficile pourtant de ne pas croire que Sharapova, déjà accrochée en quart par une Américaine, Coco Vandeweghe, ne sera pas son dernier col hors catégorie avant la descente en plaine menant à un US Open à domicile.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer