Bérubé à l'avant-scène

La retraite de plusieurs athlètes paralympiques propulse Camille... (Patrick Woodbury, archives LeDroit)

Agrandir

La retraite de plusieurs athlètes paralympiques propulse Camille Bérubé à l'avant-scène.

Patrick Woodbury, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Camille Bérubé a passé les deux dernières journées loin de la piscine. La nageuse paralympique avait une bonne excuse à offrir à son entraîneur à l'Université d'Ottawa.

On lui a demandé de participer à son premier défilé de mode en carrière, mercredi, à Toronto. Quatorze athlètes au pays, dont Bérubé et le joueur de rugby en fauteuil roulant Patrice Dagenais, d'Embrun, ont été sélectionnés par le Comité olympique canadien et le Comité paralympique canadien.

Leur mission ? Présenter la nouvelle collection de vêtements dessinés par La Baie d'Hudson qu'ils porteront en vue des Jeux panaméricains et parapanaméricains, qui auront lieu cet été dans la Ville Reine.

« Un bel honneur, reconnaît Bérubé, visiblement flattée de devenir un des visages de l'équipe canadienne. Les deux derniers jours ont été assez occupés, mais assez excitants. Il y a eu une répétition pour le défilé. Puis nous avons participé à une session de photo sur l'île de Toronto avec en arrière-plan le centre-ville. Aujourd'hui, il y a eu le défilé et les entrevues. »

Bérubé a souvent été dans l'ombre de grands noms par le passé. Mais la retraite de plusieurs athlètes paralympiques la propulse à l'avant-scène.

Ça, et le fait qu'elle représente un bel espoir en vue des Jeux parapanaméricains. Même la jeune Gatinoise, qui aura bientôt 20 ans, s'attend à de grandes choses de sa part dans moins de 100 jours.

« Me retrouver sur le podium s'avère un objectif très réaliste. Ça me motive », souligne-t-elle au bout du fil.

Une jeune leader

Bérubé, dont les muscles d'une de ses jambes sont atrophiés, concourra dans la catégorie S8 aux épreuves de 100 m dos, 100 m brasse et 200 m QNI. Elle a déjà terminé troisième aux championnats du monde en 2009.

« Gagner une médaille à la maison....ça aurait tellement une grande signification. Ça se passerait devant mes amies et ma famille. Ça serait quelque chose de gros. »

Ajoutez à cela que l'événement se déroulera un an avant le prochain grand rendez-vous international, soit les Jeux olympiques de 2016 à Rio. Bérubé sera une des leaders de la formation de paranatation.

« C'est un drôle de feeling. Je suis maintenant parmi les plus vieilles nageuses de l'équipe. Plusieurs recrues se sont jointes cette année. Je ne peux pas m'empêcher de me revoir, il y a cinq ou six ans, à mes débuts. »

Les vedettes à l'époque étaient Benoît Huot, détenteur de plusieurs records du monde, et Valérie Grand'Maison, triple championne paralympique.

« Là, c'est moi qui prends un peu leur place. Valérie est maintenant à la retraite et Benoit approche la fin. C'est véritablement un vent de changement. Il y a même une fille âgée de 13 ans qui est arrivée au sein de l'équipe. »

L'étudiante en communications reviendra en Outaouais dans les prochaines heures. Un été chargé l'attend en route vers les Jeux. Un camp d'entraînement d'Équipe Canada est notamment prévu au centre sportif de Gatineau pendant une dizaine de jours en juillet.

« On partira de Gatineau pour aller à Toronto en vue des Jeux », a souligné Bérubé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer