Hamilton roule en maître

Lewis Hamilton s'est imposé au terme d'un Grand... (Associated Press)

Agrandir

Lewis Hamilton s'est imposé au terme d'un Grand Prix disputé sur un rythme infernal.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jerome Pugmire
Associated Press
SAKHIR

Après être parti de la position de tête, le champion en titre Lewis Hamilton a remporté le Grand Prix du Bahreïn hier, consolidant ainsi son emprise sur le premier rang du classement des pilotes de Formule Un.

Pour le Britannique, il s'agit d'une troisième victoire en quatre courses en 2015, et de la 36e de sa carrière.

Lors de cette épreuve disputée sous les réflecteurs, Hamilton n'a jamais vraiment été menacé.

Un problème de freins vers la fin de l'épreuve l'a légèrement ralenti lors du dernier tour, mais il a tout de même franchi la ligne d'arrivée avec une priorité de 3,3 secondes sur Kimi Raikkonen, sur Ferrari, et de six secondes devant son coéquipier Nico Rosberg.

Rosberg a lui aussi connu des problèmes de freins, avec deux tours à compléter, permettant à Raikkonen de se faufiler entre les deux Mercedes.

Rosberg n'a gagné qu'une seule des 15 dernières courses auxquelles il a participé.

«Les Ferrari nous ont livré une bonne lutte et nous allons devoir continuer de pousser en équipe, a déclaré Hamilton. Nous essayons de gagner les deux championnats (pilotes et constructeurs). Pour cette raison, nous ne serons pas entièrement heureux parce que nous voulons terminer 1 et 2.

«Nous avons prouvé aujourd'hui que les Mercedes sont encore les meilleures voitures, mais les Ferrari poussent très, très fort.»

Hamilton a remporté neuf de ses 11 dernières courses et vise un troisième titre. Après sa victoire, il a secoué son poing dans les airs avant de se lancer dans les bras de membres de son équipage. Il a ensuite sauté de joie alors qu'il s'apprêtait à monter sur la plus haute marche du podium.

Perte de frein

Raikkonen accusait un retard de 1,1 seconde sur Rosberg avec deux tours à faire, et l'a doublé par l'extérieur après que Rosberg a été trop à l'extérieur lors d'un virage, provoquant les cris de joie dans le garage de l'équipe Ferrari.

Rosberg a expliqué avoir perdu ses freins à ce moment, et le chef de Mercedes, Toto Wolff, a annoncé que son équipe allait tenter de découvrir pourquoi les deux voitures ont connu des problèmes de freinage.

«C'est dommage pour Nico, a déclaré Wolff. Il a réalisé de belles manoeuvres pour doubler.»

Rosberg a tenté de réagir, mais il était trop tard pour empêcher le Finlandais de 35 ans de monter sur le podium pour la première fois en 26 courses, soit depuis l'épreuve présentée en Corée du Sud il y a deux ans.

Au volant de sa Ferrari, l'Allemand Sebastian Vettel, seul pilote à avoir battu Hamilton cette année, semblait destiné à se faire une place sur le podium, mais un changement tardif de l'aileron avant l'en a empêché. Il a dû se contenter de la cinquième place, derrière Valtteri Bottas, sur Williams.

Le pilote McLaren Jenson Button, qui avait terminé dernier des qualifications de samedi, n'a pas pris part à la course en raison de pépins techniques. Par ailleurs, Felipe Massa a été incapable de faire avancer sa Williams lors du tour de formation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer