Hamilton domine, Rosberg fulmine

Lewis Hamilton accumule les succès en ce début... (Agence France-Presse, Archives)

Agrandir

Lewis Hamilton accumule les succès en ce début de saison 2015. Nico Rosberg, son coéquipier chez Mercedes, accumule les frustrations.

Agence France-Presse, Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
SHANGHAI

Lewis Hamilton (Mercedes), impérial de bout en bout, a remporté le Grand Prix de Chine de Formule 1, hier à Shanghai, mais l'ambiance n'était pas à la fête avec son coéquipier Nico Rosberg, pourtant arrivé deuxième.

Aussitôt achevée la traditionnelle douche au champagne sur le podium, sur lequel est aussi monté Sebastian Vettel (Ferrari), le torchon s'est mis à brûler entre les deux pilotes des Flèches d'Argent.

L'Allemand Rosberg a reproché à l'Anglais Hamilton, parti en pole, de ne pas avoir joué collectif lors de la course, la troisième de la saison, en ralentissant la cadence.

Rosberg venait d'entendre son coéquipier champion du monde lancer: «Nico n'a jamais représenté une menace durant toute la course».

«Je trouve cela intéressant de t'entendre dire, Lewis, que tu ne pensais qu'à toi devant, car évidemment cela a compliqué ma course», a déclaré, visiblement très irrité, le pilote allemand.

«Le fait d'avoir conduit plus lentement que nécessaire a offert à Sebastian (Vettel) la possibilité de me dépasser», a-t-il accusé, en ajoutant que lui, au contraire, avait «couvert» son coéquipier, notamment aux moments cruciaux des changements de pneus.

Invité à répondre, Hamilton a froidement rejeté ces critiques: «Ce n'est pas mon boulot de gérer la course de Nico. Mon job, c'est de gérer ma voiture et de la mener le plus vite possible jusqu'au bout. C'est ce que j'ai fait. Je n'ai rien fait d'intentionnel pour ralentir d'autres voitures», s'est défendu le Britannique.

Ferrari se réjouit

Dans le camp Ferrari, les hommes et femmes de la Scuderia étaient au contraire tout sourire: avec ce troisième podium en trois courses, Vettel s'intercale entre Hamilton (1er) et Rosberg (3e) au championnat du monde des pilotes. Et la journée est encore embellie par la course de Kimi Räikkönen qui a pris la quatrième place après un départ canon.

Hier, dans la foulée d'un excellent départ, le double champion du monde a calqué sa stratégie sur celle de Vettel en enchaînant deux relais en pneus tendres, en début de course, mais en les faisant durer un peu plus longtemps que le pilote Ferrari.

Cette course tranquille pour lui s'est terminée au ralenti derrière la voiture de sécurité déployée à la suite de l'abandon en pleine piste du jeune Max Verstappen (Toro Rosso-Renault), âgé de 17 ans, moteur cassé alors qu'il occupait une 8e place méritée.

Prochain rendez-vous dans une semaine à Bahreïn. Nul doute que le duo de pilotes Mercedes y sera scruté de près, comme l'an dernier après l'accrochage au Grand Prix de Belgique, à Spa.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer