Sukhotsky n'est pas un «touriste»

Dmitry Sukhotsky et Adonis Stevenson ont évité les... (Archives, Le Soleil)

Agrandir

Dmitry Sukhotsky et Adonis Stevenson ont évité les envolées grandiloquentes pour se faire polis et respectueux, hier, en conférence de presse.

Archives, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Ouellet
La Presse Canadienne
QUÉBEC

Même s'il vise un K.-O., Adonis «Superman» Stevenson promet de ne rien précipiter dans le ring vendredi soir à Québec contre le Russe Dmitriy Sukhotskiy.

Pour la quatrième défense de son titre mondial WBC des mi-lourds, Stevenson (24-1-0, 20 K.-O.) affrontera un adversaire peu connu en Amérique, qui est largement négligé pour l'emporter mais qui espère jouer les trouble-fête au Colisée Pepsi.

Sukhotskiy (22-2-0, 16 K.-O.), un gaillard originaire de Barnaoul en Asie centrale, en sera à son deuxième combat de championnat du monde après une défaite par décision unanime en Allemagne contre Juergen Braehmer pour le titre WBO des mi-lourds en 2009. Doté d'une bonne force de frappe, il n'a jamais visité le plancher, ni ne lui a-t-on passé le K.-O.

«Il n'est pas venu en touriste», a concédé Superman lors d'une conférence de presse au cours de laquelle les deux hommes ont évité les envolées grandiloquentes pour se faire polis et respectueux l'un pour l'autre. Rien à voir avec le cirque qui avait entouré le combat entre Stevenson et l'Anglais Tony «Bomber» Bellew il y a un peu plus d'un an à Québec.

«C'est un gars acharné, qui s'est entraîné pour 12 rounds, il est en top condition et c'est certain que je devrai faire attention», a ajouté l'athlète de Blainville entraîné par Sugar Hill, du Kronk Gym.

Au plancher

Stevenson répète qu'il va envoyer le Russe au plancher, mais n'entrevoit pas un K.-O. rapide. Pas question, a-t-il insisté, de se précipiter sur Sukhotskiy comme un fauve affamé. Il entend plutôt se montrer méthodique, couvrir les angles et «travailler» au corps son adversaire jusqu'à ce que l'ouverture se présente pour l'assaut final.

«Je ne vais pas me précipiter, je vais prendre mon temps pour bien le travailler et le finir», a-t-il dit.

Surnommé «The Hunter», Sukhotskiy affiche les traits d'un guerrier qui en a vu d'autres. Homme de peu de mots, l'athlète de 33 ans a assuré être fin prêt à saisir sa chance de détrôner Stevenson, si possible par mise hors de combat.

«Je me sens super bien, je suis content d'avoir cette opportunité de me battre pour un championnat du monde. La division des mi-lourds comporte de solides boxeurs et je me sens solide», a dit Sukhotskiy via une interprète.

Il a ajouté que la présence d'une foule hostile vendredi dans le vieil amphithéâtre de Limoilou n'aura aucun impact sur sa concentration.

«Le meilleur va gagner», a-t-il dit, ajoutant que «tout peut survenir» dans un ring de boxe et que «sans boule de cristal», il est fort hasardeux de prédire l'issue du duel.

Le promoteur, Groupe Yvon Michel (GYM), attend environ 6000 amateurs pour ce gala dont les combats principaux seront télédiffusés sur le réseau américain Showtime.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer