Murdoch revit la tragédie de Lockerbie

Le skip écossais David Murdoch a remporté la... (Archives, Agence France-Presse)

Agrandir

Le skip écossais David Murdoch a remporté la médaille d'argent à Sotchi.

Archives, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Des attentats, David Murdoch connaît malheureusement ça.

La vedette écossaise du curling a été témoin de l'un des plus médiatisés et des plus meurtriers des trois dernières décennies. Celui qui a touché sa ville natale de Lockerbie, le 21 décembre 1988.

L'explosion du vol 103 de la Pan Am a fait 270 morts. Tous les passagers et membres du personnel étaient décédés en plus de 11 résidents heurtés par les débris.

«Je me trouvais à quelques centaines de verges quand tout a commencé à tomber du ciel. J'ai tout vu», s'est rappelé le vice-champion olympique, hier soir, alors qu'il se préparait à participer au Challenge Château Cartier, à Gatineau.

L'appareil avait commencé à se désintégrer à la suite d'une explosion. Une aile, des réacteurs et un immense morceau du fuselage s'étaient notamment écrasés sur des maisons.

Murdoch, alors âgé de 10 ans, se trouvait dans l'auto de son papa. Il revenait à la maison après une journée d'école.

«Je n'ai pas oublié. Personne n'a oublié là-bas, a-t-il avoué d'un ton posé, mais teinté d'émotions. J'ai perdu des compagnons de classe. Ce fut une tragédie si terrible.»

Ces images, elles resteront gravées à jamais dans sa mémoire. Celle d'un Boeing qui s'abat sur son petit patelin de 4000 habitants. Celle d'adultes qui pleurent la perte de proches. Ou celle de l'aréna transformé en morgue.

L'homme âgé maintenant de 36 ans ne pensait jamais se retrouver au milieu d'un autre attentat.

Tout ça a changé avec les événements qui ont frappé Ottawa. Cette capitale nationale tranquille qui avait été épargnée jusqu'ici de pareil acte de lâcheté.

Un point tournant

«J'ai vu les images. C'est terrible... De terribles nouvelles ont laissé tomber Murdoch.

«Tu ne penserais jamais voir ça ici.»

Ce dernier a souvent mis les pieds au Canada au fil de sa carrière. Il n'a jamais senti sa sécurité compromise.

Ce qu'il sait, c'est que l'attentat va changer le quotidien d'une région paisible et d'un pays en entier.

«Ça laisse des marques ces tragédies du genre», a soutenu David Murdoch. Il rappelle qu'on parle encore de Lockerbie et de ce vol fatal, presque 26 ans plus tard.

Son patelin a toutefois eu droit à un petit baume sur une plaie encore ouverte quand leur héros sportif a gagné la médaille d'argent à Sotchi, en février dernier. Pendant quelques jours, on parlait d'exploit et non d'une tragédie.

Murdoch aimerait bien donner à ses concitoyens une autre raison de célébrer dans les prochains mois. Il vise un troisième titre mondial.

C'est une des raisons pourquoi il est débarqué en Outaouais. De gros du curling se sont donnés rendez-vous cette année au Challenge Château-Cartier, une étape du World Curling Tour. Le tournoi se déroule au centre Robert-Rochon jusqu'à dimanche.

«Mon ami Brad Gushue m'a parlé en bien de ce tournoi. On me dit que les conditions de glace sont excellentes. En plus, ça se déroule dans un aréna. C'est le genre d'environnement que nous recherchons en tant qu'équipe pour nous préparer en vue des championnats du monde.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer