Le championnat des pilotes se décidera au Brésil

Lewis Hamilton, sur McLaren, a devancé Sebastian Vettel... (Agence France-Presse)

Agrandir

Lewis Hamilton, sur McLaren, a devancé Sebastian Vettel (Red Bull) et Fernando Alonso (Ferrari) hier au Grand Prix des États-Unis. Le titre du championnat des pilotes se jouera toutefois dimanche prochain, entre Vettel et Alonso.

Agence France-Presse

Partager

Agence France-Presse
AUSTIN

Le Britannique Lewis Hamilton (McLaren) a remporté le Grand Prix des États-Unis, hier à Austin, sur le Circuit des Amériques, Red Bull Racing a raflé un troisième titre consécutif de champion des constructeurs et le suspense est intact pour le titre pilotes.

C'est la quatrième victoire d'Hamilton cette saison, la 21e de sa carrière en F1.

Le champion du monde 2008 a terminé devant l'Allemand Sebastian Vettel (Red Bull), qui reste en tête du championnat pilotes avec 13 points d'avance sur l'Espagnol Fernando Alonso (Ferrari), arrivé 3e.

Il ne reste plus qu'une seule manche à disputer, le GP du Brésil dimanche sur le circuit d'Interlagos, à Sao Paulo.

«Nous allons pouvoir jouer le titre au Brésil, c'est le principal, même si Sebastian est dans une meilleure position que nous», a dit Alonso, soulagé, après l'arrivée.

Hamilton, parti à côté de Vettel sur la première ligne, l'a dépassé au 42e des 56 tours et a conservé jusqu'au bout une marge suffisante sur le double champion du monde en titre.

Trois champions du monde sont montés sur le podium et ont coiffé un chapeau noir de cow-boy avant de s'arroser de champagne, au terme d'une course intense, menée à un train d'enfer devant 135000 spectateurs massés dans les tribunes et sur les pelouses, en plein soleil.

Course parfaite

Futur pilote Mercedes à partir de 2013, Hamilton a fait une course parfaite et remercié son équipe, dès l'arrivée, sur la radio de bord, de lui avoir fourni la meilleure monoplace possible sur ce circuit très rapide.

«Je suis tellement fier pour l'équipe et je remercie les fans pour leur soutien», a dit Hamilton sur le podium, interrogé par l'Américain Mario Andretti, champion du monde 1978 et légende vivante.

«C'était sûrement l'une des meilleures courses de la saison, surtout pour moi et pour l'équipe», a ajouté Hamilton qui avait fait peindre sur son casque les couleurs du drapeau américain.

Il avait déjà remporté un GP des États-Unis, en 2007, le dernier organisé à Indianapolis, lors de sa première saison de F1.

«Lewis a eu une opportunité, il l'a saisie. C'était une course difficile, mais une belle course», a dit Vettel. Le jeune Allemand a longtemps résisté à Hamilton puis il a dû baisser pavillon face à une McLaren MP4-27 qui, pour une fois, était meilleure que sa Red Bull RB8.

Un triplé Red Bull

Grâce à sa deuxième place, Red Bull Racing rafle quand même un troisième titre consécutif de champion du monde des constructeurs, et cela malgré l'abandon prématuré de Mark Webber au 17e tour, à la suite d'un problème électrique, alors qu'Alonso revenait sur ses talons.

Dans le peloton, la course a été animée par Felipe Massa (Ferrari), excellent 4e, et Jenson Button (McLaren), 5e au terme d'une course fantastique marquée par une série de dépassements spectaculaires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer