Les Red Sox acquièrent le gaucher de Navan

Érik Bédard se voit lancer en séries

Avec les Red Sox, Érik Bédard pourrait atteindre... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Avec les Red Sox, Érik Bédard pourrait atteindre l'un de ses objectifs, soit de lancer en séries éliminatoires.

Archives, LeDroit

Marc Brassard
Le Droit

La plus courte sortie de sa carrière à son retour au jeu après une absence d'un mois n'a pas empêché Érik Bédard d'être très convoité en fin de semaine alors que la date limite pour les échanges était dimanche à 16 h dans le baseball majeur.

À peine une minute avant l'heure fatidique, le gaucher de Navan est finalement passé des Mariners de Seattle aux Red Sox de Boston dans une transaction impliquant aussi les Dodgers de Los Angeles, alors que les Yankees de New York et les Cards de St. Louis avaient également manifesté de l'intérêt pour ses services.

L'ancien des Orioles de Baltimore n'était pas fâché de retourner dans la division Est de la Ligue américaine, mais avec l'équipe de tête cette fois.

Mieux appuyé en attaque

« Je suis bien content, Boston a toujours été ma ville favorite sur la route. Je me retrouve avec un club qui a une excellente attaque, je devrais donc être bien appuyé, ce qui ne m'est pas arrivé souvent dans ma carrière. Et je pourrais avoir la chance d'atteindre un des objectifs de ma carrière, soit de lancer en séries éliminatoires », a-t-il confié dimanche soir lorsque joint par LeDroit, à qui il a donné sa première entrevue en tant que membre de l'organisation des Red Sox.

Obtenu contre deux espoirs des mineures, les voltigeurs Chih-Hsien Chiang et Trayvon Robinson (acquis préalablement des Dodgers contre trois autres espoirs), avec le releveur des mineures Josh Fields, Bédard n'avait lancé qu'une manche et un tiers vendredi soir à Seattle dans un revers de 8-0 contre les Devil Rays de Tampa Bay, allouant cinq points sur trois coups sûrs et cinq buts sur balles.

« Mon contrôle n'était pas très bon, j'étais un peu rouillé, mais en même temps l'arbitre au marbre ne me donnait pas trop les coins, je ne sais pas pourquoi. Ça ne m'a pas aidé. Mais mon bras était correct et je dois m'habituer à porter une orthèse pour mon genou. Je pense que ça va tenir assez bien jusqu'à la fin de la saison », a confié Bédard, qui avait subi une entorse ligamentaire un mois plus tôt.

Sa fiche cette saison est de 4-7 avec une excellente moyenne de points mérités de 3,45, avec 87 retraits sur des prises et 30 buts sur balles, alors que l'artilleur de 32 ans est revenu en force après avoir raté toute la saison 2010 pour réhabiliter son épaule gauche, opérée pour une troisième fois en l'espace de 18 mois. Un dossier qui serait bien meilleur s'il avait pu obtenir un meilleur appui de son attaque, mais les Mariners ont la pire offensive de la Ligue américaine (2,2 points comptés par partie en moyenne).

« Nous sommes heureux d'obtenir non seulement un lanceur partant mais quelqu'un qui est capable de neutraliser n'importe quel alignement dans la ligue quand il est en santé, a dit le directeur général des Red Sox Theo Epstein aux médias bostonnais. Il est certainement capable de lancer de gros matches pour nous, il est quelqu'un qui a assez de talent pour aller au monticule au milieu d'une course au championnat ou en séries, si l'opportunité se présente. Il avait l'air en santé (vendredi), quoiqu'un peu rouillé. Il n'avait pas son contrôle habituel parce qu'il n'avait pas lancé depuis un bout de temps. »

Les Red Sox se sont tournés vers les Mariners après avoir échoué dans leurs tentatives d'obtenir un autre Canadien, Rich Harden, des A's d'Oakland, qui n'aurait pas passé son examen médical. Boston avait besoin d'un autre bras alors que Clay Buchholz et Daisuke Matsuzaka sont sur la liste des blessés à long terme. Ils n'ont pas écouté un ancien dirigeant des Orioles, Jim Duquette, qui a déclaré la semaine dernière au Boston Herald que Bédard n'a pas la personnalité pour jouer dans un marché fortement médiatisé comme Boston.

« Peut-être qu'il laisse parler son bras pour lui, et c'est parfait avec nous, a indiqué Epstein. Parfois, des étiquettes sont collées à des joueurs et ces étiquettes ne reflètent pas la réalité... On pense qu'il va bien cadrer avec ses coéquipiers et qu'il aimera être un Red Sox au milieu d'une course au championnat. »

Rivalité Red Sox-Yankees

Bédard pense la même chose : « J'ai hâte de vivre la rivalité Boston-New York de l'intérieur, ça va être intéressant. La pression (supplémentaire) ne m'énerve pas, je vais aller là-bas et juste faire de mon mieux, c'est tout », a dit l'imperturbable gaucher, qui pense faire ses débuts dans l'uniforme des Red Sox jeudi soir contre Cleveland à Fenway Park, où il a connu des succès mitigés (fiche de 2-3, MPM de 6,99 en six départs) en carrière.

Il quitte Seattle après quatre saisons où il a présenté un dossier de 15-14 avec une MPM de 3,31 en 46 départs. « J'ai bien aimé mon séjour à Seattle, je me suis fait plusieurs bons amis et la direction a été très correcte avec moi. J'ai même accepté moins d'argent pour revenir ici (cette année). Mais je comprends qu'ils devaient m'échanger vu que le club est en reconstruction et que je suis agent libre à la fin de l'année », a ajouté Érik Bédard, qui a un salaire de base de 1 million $ cette saison avec différentes primes reliées à sa santé (il a touché pour 1,45 million $ en bonis jusqu'à maintenant).

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Ronald King | Les saucisses qui font rêver...

    Baseball

    Les saucisses qui font rêver...

    Durant mes longues vacances estivales, je suis passé par Québec, pour voir mes amis, et parce que Québec, en été, est très plaisante. »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer