Ottawa doit oublier les Jeux du Canada

Le maire d'Ottawa Jim Watson croit que la... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

Le maire d'Ottawa Jim Watson croit que la grosseur de la Ville a été un facteur dans la décision du comité des Jeux du Canada qui a plutôt opté pour Niagara comme hôte en 2021.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sue Holloway a gagné deux médailles aux Jeux olympiques en canoë-kayak en 1984. C'est sans compter ses victoires en Coupe du monde.

Mais jeudi, l'ancienne athlète n'a pu lever les bras en guise de victoire. Holloway s'est retrouvée du côté des perdants à Toronto.

La ministre du Tourisme, de la Culture et du Sport de l'Ontario, Eleanor McMahon, a annoncé que Niagara et non Ottawa présentera les Jeux du Canada en 2021. Waterloo et Sudbury étaient aussi en lice pour cette compétition multisports qui réunira plus de 4600 athlètes et entraîneurs et dont la facture est estimée à 43 millions $.

« Je suis déçue, a avoué Holloway, coprésidente du comité de mise en candidature d'Ottawa en compagnie de l'ancien président des Sénateurs, Cyril Leeder. Mais c'est ça une compétition. Parfois tu gagnes, parfois tu perds. Je peux simplement dire que nous avons fait de notre mieux pour obtenir ces Jeux. Nous n'avons aucun regret. Mais en fin de compte, on nous a préféré une autre ville. »

Le dévoilement du milieu hôte a été diffusé en direct sur un écran géant au théâtre de la Place Ben Franklin. On y retrouvait politiciens et intervenants de la scène sportive locale.

Les visages sont devenus longs dans la salle lorsque le nom de Niagara a été prononcé. « Nous ne pouvons pas toujours gagner », a lancé le maire Jim Watson, rappelant que sa ville a attiré plusieurs événements majeurs dans la dernière année.

« Nous avons eu le Red Bull Crashed Ice, la Coupe Davis, le Brier... », a-t-il énuméré. Puis il a noté que la région présentera une étape de la LPGA en août sans oublier le match de la Coupe Grey en novembre et une partie en plein air de la LNH en décembre.

Ottawa en était à une deuxième tentative pour obtenir les Jeux du Canada. On lui avait préféré London pour la finale de 2001.

Sa candidature pour l'édition 2021 reposait sur la proximité des sites de compétition au village des athlètes qui aurait été situé à l'université Carleton. Aucune nouvelle construction de plateaux sportifs n'aurait été nécessaire, Ottawa prévoyant remettre à neuf notamment le Nepean Sportsplex.

L'Outaouais aurait été mis à contribution puisque les épreuves de vélo de montagne et le contre-la-montre en cyclisme sur route auraient été présentés respectivement au Camp Fortune et sur la promenade du parc de la Gatineau.

Donc, pourquoi est-ce que le comité de sélection des Jeux a opté pour la région de Niagara ?

Le comité de mise en candidature d'Ottawa aura droit à des réponses dans les prochaines semaines. Il saura où la ville a marqué plusieurs points en plus d'apprendre ce qui lui a fait mal.

Le maire Watson a déjà sa théorie. « Une des choses qui a probablement joué contre notre proposition, c'est que nous étions la plus grande ville en lice », a-t-il souligné.

« Je pense que le comité (des Jeux du Canada) aime les plus petites villes, car elle pense que l'impact de l'événement peut s'avérer plus grand, a-t-il enchaîné. Mais comme je dis toujours, Ottawa est une ville composée de 40 à 50 quartiers ou petites communautés. »

Et les Jeux du Commonwealth?

Ottawa refuse de baisser les bras après avoir mordu la poussière pour l'obtention des Jeux du Canada.

Le maire Jim Watson a répété que la Ville «continuera à soumettre sa candidature» afin d'attirer des événements sportifs majeurs. Les Jeux de l'Ontario s'avèrent une possibilité, a-t-il avoué.

Et si la prochaine cible devait être les Jeux du Commonwealth?

La question a été posée puisque Durban s'est désistée, il y a trois semaines, à accueillir la finale de 2022. Cette ville africaine a prétexté des restrictions financières.

Edmonton songe à prendre la relève, Toronto aussi. Liverpool et Birmingham, deux villes anglaises ont aussi manifesté leur intérêt.

«Nous avons déjà soumis notre nom (pour être la candidature canadienne) il y a quelques années, mais nous avions perdu face à Victoria», a rappelé Watson.

Victoria n'avait pas fait le poids devant Glasgow, en Écosse, qui avait obtenu les Jeux de 2014.

Le maire d'Ottawa n'a pas fermé complètement la porte. «C'est une décision importante à prendre. Il faudra y réfléchir longuement et étudier sérieusement les impacts financiers d'une telle candidature », a-t-il expliqué.

«Un coût important s'y rattache. Puis, il faut voir si c'est vraiment un événement approprié pour notre ville.»

Edmonton estime qu'il pourrait coûter jusqu'à un milliard $ pour présenter les Jeux du Commonwealth en 2022.

Il y a un scénario que Watson a balayé du revers de la main.

«Il y a des gens qui sont venus me voir en disant que nous devrions soumettre notre nom pour les Jeux olympiques. Ça, c'est hors de question. C'est beaucoup trop gros pour nous.»




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer