De retour en santé, de retour au sommet

Alexandre Dupuis voulait prouver que malgré tout, il... (Courtoisie)

Agrandir

Alexandre Dupuis voulait prouver que malgré tout, il était en mesure de compétitionner même après avoir eu les deux coudes cassés.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La dernière boucle du parcours, Alexandre Dupuis l'a complété avec le sourire aux lèvres.

« Un gros sourire », précise l'athlète franco-ontarien natif de Vankleek Hill. Il a été couronné champion nord-américain de biathlon à l'épreuve de la poursuite, samedi, à Canmore, en Alberta.

Une conquête qui survient huit mois après un accident de vélo qui lui a valu de multiples fractures aux deux coudes. À cela s'ajoutaient des déchirures ligamentaires.

« Ce fut un des plus beaux tours de biathlon que j'ai fait en carrière », raconte Dupuis au bout du fil.

« J'avais un but en tête et j'ai réussi à l'atteindre. Je voulais gagner au moins une course pour prouver que j'étais capable de revenir en force, même après avoir eu les deux coudes cassés. »

Des entraîneurs et des collègues de travail l'attendaient au fil d'arrivée. Tout ça afin de le féliciter pour ce retour à la compétition qui aura été réussi.

« C'était vraiment un beau moment, ajoute-t-il. Surtout que j'avais eu deux courses médiocres au début de ces championnats. »

Dupuis avait éprouvé des problèmes au champ de tir, terminant cinquième lors des sprints puis quatrième à l'épreuve individuelle de 15 km qui avait été amputée de cinq kilomètres en raison du froid.

« Il faisait moins 20 degrés Celsius à neuf heures le matin », note Dupuis.

Ce dernier carburait à l'émotion samedi. Quelque part, il avait une petite crotte sur le coeur.

Biathlon Canada ne le croyait pas assez vite, il y a quelques semaines, afin de l'envoyer à deux compétitions européennes en Finlande et en Estonie. De bonnes performances là-bas auraient pu assurer l'ancien triple médaillé des Jeux du Canada d'une aide financière du gouvernement fédéral lors de la prochaine saison.

« Je ne cacherai pas que j'étais un peu frustré », avoue Alexandre Dupuis, qui a renoué avec l'entraînement en novembre.

Auparavant, il avait passé trois mois chez ses parents, les deux bras dans le plâtre. Sa mère a dû le nourrir à la petite cuillère pendant quelques semaines.

Ses premières courses ont eu lieu en janvier à Valcartier.

« On peut dire que je termine ma saison de belle manière », lance Dupuis.

Mardi, ce sera le retour à la réalité. Un rendez-vous chez le médecin l'attend.

Une autre opération s'avère une possibilité. Son bras gauche n'a jamais retrouvé sa pleine flexibilité.

« Mon coude bloque. Ce n'est pas facile quand vient le temps de tirer. Il a fallu que je modifie ma carabine », explique Dupuis.

« Ça serait ma quatrième opération (depuis l'accident de vélo). Je sais donc à quoi m'attendre. Au moins, je serais prêt à revenir à l'entraînement en mai. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer