La glace du Crashed Ice résiste

Patrice Drouin et son équipe qui organisent le... (Etienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

Patrice Drouin et son équipe qui organisent le Red Bull Crashed Ice n'ont jamais été inquiets pour la glace.

Etienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il a plu en matinée. Puis de nouveau en fin de journée. Rien toutefois pour faire tomber à l'eau la présentation du Red Bull Crashed Ice, un des événements majeurs des célébrations d'Ottawa 2017.

« La glace est très belle jusqu'ici », notait un des organisateurs et grand patron de la firme Gestev, Patrice Drouin. Il regardait un employé, boyau à la main, qui arrosait le haut de cette piste de 375 mètres, mercredi après-midi, entre deux averses.

Les premiers entraînements en vue de cette finale du Championnat du monde de patinage extrême sont prévus jeudi soir aux écluses du canal Rideau, près du Château Laurier. Les qualifications se dérouleront le lendemain puis les finales le samedi soir.

« C'est un de nos nombreux arroseurs. Quand il ne pleut pas, nous arrosons. Nous avons eu de l'aide de mère Nature, avouait Drouin.

«Ça fait quelques jours qu'il pleut depuis que la piste est en place. Quand il pleut beaucoup, on doit évacuer l'eau.»

C'était le cas mercredi. Un préposé avait un balai éponge dans une des compressions du parcours.

Drouin et son équipe n'ont jamais été inquiets. Jamais en mode panique.

«Pas du tout. Contrairement à ce que plusieurs gens pensent, ce n'est pas néfaste la pluie. Tant qu'il n'y en a pas trop.

«Nous sommes assez satisfaits de la piste. Il reste encore de la glace à produire. Mais on voit déjà que nous allons perdre plusieurs degrés, que la température va se rafraîchir. Nous allons être corrects en vue des pratiques.»

L'équipe de soutien devait arroser durant la nuit de mercredi à jeudi. Même à deux ou trois heures du matin.

Du même souffle, Patrice Drouin montre le système de distribution d'eau aménagé le long du circuit. Quant au système de réfrigération, il est composé de quatre stations aménagées à chaque 100 mètres du tracé.

Il s'agit du premier arrêt du Crashed Ice à Ottawa. L'événement a été présenté à plusieurs reprises à Québec depuis 10 ans.

Plus de 30 000 personnes sont attendues sur le site de compétition samedi. C'est sans compter les dizaines de milliers de curieux qui devraient suivre le tout à distance.

«Il y aura un écran géant aménagé ici, mais aussi un sur la rue Wellington et un autre sur le marché By, soulignait Drouin.

«Ça va être une belle soirée avec une température qui devrait se situer entre moins dix à moins 12 degrés Celsius. Ce n'est pas trop froid. Les gens vont pouvoir bouger. Il y aura de l'animation.»

Déjà mercredi, quelques-uns des 150 participants provenant d'une quinzaine de pays s'étaient pointés sur le site. Tout ça afin de voir en personne le parcours.

Ce qui retenait leur attention ? Le dénivelé qui attend les patineurs dès les premiers mètres. Une pente qui a de quoi faire trembler en attendant son tour dans les portes de départ.

«C'est un des départs les plus accentués que j'ai vus», reconnaissait Patrice Drouin.

Rien pour rassurer deux braves journalistes du Droit qui se taperont le parcours, jeudi, après l'entraînement des professionnels.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer