Carrier s'impose déjà chez les pros

Alexandre Carrier... (Photo courtoisie Prédateurs de Nashville)

Agrandir

Alexandre Carrier

Photo courtoisie Prédateurs de Nashville

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ses détracteurs disaient qu'il était trop petit pour un défenseur. Son lancer ? Pas assez puissant. Son coup de patin? Ordinaire.

Certains pensaient même qu'il était un candidat pour revenir chez les Olympiques de Gatineau à 20 ans. Ceux qui doutaient d'Alexandre Carrier ont sûrement négligé son «sens du jeu» inné. Le passage du dernier capitaine des Olympiques aux rangs professionnels se fait tout en douceur.

Après 17 matches dans la Ligue américaine (LAH), Carrier a déjà amassé trois buts et 14 points. Il pointe au deuxième rang des compteurs des Admirals de Milwaukee. Choix de quatrième ronde des Predators de Nashville en 2015, il a enregistré des points dans huit de ses neuf derniers matches. Malgré son statut de recrue, il est le quatrième meilleur marqueur chez les défenseurs de la LAH.

Cette transition rapide va au-delà des espérances de l'ancien premier choix des Olympiques. «Je sais que la première année chez les professionnels est souvent difficile. J'avais en tête que je pouvais même amorcer la saison dans la ÔEast Coast', mais après neuf matches, notre défenseur numéro un, Matt Irwin, a été rappelé par les Predators pour combler la perte d'un joueur blessé. Il n'est jamais revenu», a expliqué Carrier mercredi après son entraînement quotidien à Milwaukee.

Irwin parti, l'entraîneur Dean Evason a inséré Carrier sur l'attaque massive. «C'est là que j'ai commencé à marquer des points. Mes deux premiers buts ont été comptés à l'aide de tirs sur réception. Benoît Groulx ne le croirait pas! J'ai beaucoup travaillé mon lancer cet été. Il n'est pas le plus fort du club, mais c'est mieux que l'an dernier. En jouant en avantage numérique, j'ai pris confiance. On m'a aussi donné Adam Pardy comme partenaire. Il a 350 matches d'expérience dans la LNH. Ça m'aide beaucoup.»

Parlant de Benoît Groulx, ses méthodes d'enseignement n'ont pas toujours fait l'unanimité auprès de ses joueurs à Gatineau, mais Alexandre Carrier assure que son coach l'a bien préparé aux rigueurs du hockey professionnel.

«Quand je suis arrivé dans la LHJMQ, je me voyais comme un joueur offensif. À ma première année, je n'ai pas touché à l'avantage numérique, mais il m'a donné des responsabilités défensives. J'ai joué en désavantage numérique. Je suis devenu plus complet. C'était excellent. Il m'a aussi enseigné des règles de base en situation de match. Il répétait toujours les mêmes instructions. Ça m'est resté.»

Benoît Groulx a toujours aimé Alexandre Carrier. Dès l'âge de 16 ans, il l'avait jumelé à Gabriel Bourret, un vétéran de 20 ans. Avant le repêchage de Carrier dans la LNH, Groulx avait avancé que l'équipe qui sélectionnerait son protégé allait l'adopter rapidement. Carrier n'aura pas mis de temps à tomber dans l'oeil de Dean Evason. 

Le défenseur de 5'11'' et 180 livres est-il surpris de ses succès instantanés? Après tout, les défenseurs de son âge sélectionnés par Équipe Canada junior l'an dernier montrent tous des statistiques largement inférieures dans la Ligue américaine cette année. «Je savais que je pouvais me débrouiller parce que je me suis entraîné avec des professionnels cet été, mais je ne pensais jamais produire autant à ma première année.»

À présent qu'il engrange des «minutes» de qualité dans la LAH, Carrier peut se permettre de rêver à la LNH. «C'est sûr que j'y pense, mais je viens d'avoir 20 ans. Le plan n'était pas de jouer dans la LNH cette année. C'est plus un objectif de deux à trois ans. Mon but est de rester quand on va me rappeler. Si on me rappelle cette année, ça sera temporaire», conclu celui qui admet encore regarder les matches de ses anciens camarades des Olympiques avec la magie du Web.

Alexandre Carrier s'attend à connaître du succès dans la Ligue américaine de hockey, mais il est quand même surpris: «Je ne jamais jamais produire autant à ma première année», avoue-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer