Rouge et noir de monde

Le Rouge et Noir a défilé avec le... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

Le Rouge et Noir a défilé avec le trophée sur une portion de la rue Bank pour ensuite célébrer avec ses amateurs à la Place TD.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Certains partisans ont pris congé. D'autres ont prolongé leur pause du dîner. Et il y a ces étudiants qui ont fait l'école buissonnière.

Des dizaines de milliers de personnes ont célébré... (Patrick Woodbury, Le Droit) - image 1.0

Agrandir

Des dizaines de milliers de personnes ont célébré mardi la première conquête de la coupe Grey depuis 1976 par un club de la capitale nationale.

Patrick Woodbury, Le Droit

Des dizaines de milliers de personnes ont célébré mardi la première conquête de la coupe Grey depuis 1976 par un club de la capitale nationale. Le Rouge et Noir a défilé avec le trophée sur une portion de la rue Bank pour ensuite célébrer avec ses amateurs à la Place TD.

Une foule qui a été arrosée de champagne par plusieurs joueurs, dont l'ailier défensif Arnaud Gascon-Nadon. Elle a ensuite été recouverte de confettis aux couleurs de l'équipe.

«Une journée dont je vais toujours me souvenir», a lancé le bloqueur étoile américain Sir Vincent Rogers, qui tenait une hache de bûcheron dans sa main droite. Peu de temps auparavant, le garde recrue Randy Beardy avait fêté en retirant son chandail et en montrant sa bedaine.

«C'est incroyable. Je ne m'attendais pas à voir autant de gens, a avoué le maraudeur québécois, Antoine Pruneau. Tu vois sur le visage des gens à quel point ils sont fiers de nous, à quel point ce championnat était attendu ici.»

Ses coéquipiers et lui ont causé une des plus grandes surprises de l'histoire de la Ligue canadienne de football (LCF), dimanche soir, à Toronto. Ils ont vaincu en finale les grands favoris, les Stampeders de Calgary, qui n'avaient perdu que deux fois en 18 matches en saison régulière.

Une partie à laquelle des milliers de partisans d'Ottawa et Gatineau assistaient. Un match que Jean-Sébastien Delorme et ses amis Eric Branch et Matthieu Robert ont suivi au petit écran. Les trois hommes âgés dans la vingtaine ont pris congé de leur emploi et de leurs études afin de participer à la parade.

«Nous voulons célébrer avec eux. Ça fait 40 ans que la ville d'Ottawa veut une équipe championne», a rappelé Delorme.

Non loin de lui se trouvait une longue file d'attente afin d'accéder à la boutique officielle de l'équipe. Les vêtements et autres articles du Rouge et Noir se vendaient à un rythme fou.

Jeff Clattenburg, lui, n'a pas eu besoin de patienter. Son fils et ses deux amis avaient déjà leur chandail. Le petit Cameron portait le numéro 6 de Pruneau.

La famille d'Arnprior était sur place tôt. Tous les joueurs auront passé devant elle. Et en prime, les Clattenburg ont eu droit à la présence des bûcherons du Rouge et Noir, ces étudiants en foresterie du collège Algonquin qui coupent un billot de bois lors de chaque touché de l'équipe à la Place TD.

Le joueur le plus applaudi a été sans surprise le quart-arrière Henry Burris, un des héros de la victoire au match de la coupe Grey. Il est membre de l'organisation depuis la saison inaugurale en 2014.

Burris a été surpris de l'accueil. «Je ne réalisais pas l'ampleur de cette conquête jusqu'au moment où j'ai vu tous ces gens massés le long de la rue Bank», a-t-il dit.

Le dernier défilé pour honorer une équipe sportive remontait à 1976. Les défunts Rough Riders avaient alors remporté la coupe Grey.

Ottawa avait aussi réservé une parade grandiose pour la patineuse artistique Barbara Ann Scott après sa victoire aux championnats du monde en 1947. On lui avait même remis une voiture neuve afin de souligner sa médaille d'or.

Le temps frisquet n'a pas refroidi les ardeurs des amateurs, ni de l'équipe qui fête depuis tard dimanche soir. «J'ai l'impression de vivre une semaine de relâche à l'université. Je n'ai pas beaucoup dormi», a blagué le plus petit joueur du Rouge et Noir, Jamill Smith.

Le mot de la fin revient au directeur général franco-ontarien de l'équipe, Marcel Desjardins. «Il faut refaire ça en 2017», a-t-il crié au micro.

Ça tombe bien. Le prochain match de la coupe Grey aura justement lieu dans un an à Ottawa.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer