• Le Droit > 
  • Sports 
  • > JO de Rio: l'Australie demande au Brésil de rehausser la sécurité 

JO de Rio: l'Australie demande au Brésil de rehausser la sécurité

La responsable de la délégation olympique australienne, Kathy... (AFP, William West)

Agrandir

La responsable de la délégation olympique australienne, Kathy Chiller

AFP, William West

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press

La responsable de la délégation olympique australienne, Kathy Chiller, a prié les autorités brésiliennes de hausser immédiatement le niveau de sécurité à Rio de Janeiro au niveau qu'elle aura pendant les prochains Jeux «avant qu'un athlète ne soit blessé».

Deux membres de l'équipe paralympique australienne de voile ont été victimes d'un vol à main armée à Rio au cours du dernier week-end, un incident qui accentue les craintes que des crimes soient commis à l'endroit d'athlètes étrangers au cours des Jeux, du 5 au 21 août.

Dans un communiqué, la Fédération australienne de voile a indiqué que la navigatrice paralympique Liesl Tesch et Sarah Ross, une dirigeante de la fédération, ont été confrontées par deux hommes vers 7:30, alors qu'elles se baladaient à bicyclette dans un parc de Rio, près de leur hôtel. L'un des deux hommes portait une arme et les deux femmes se sont fait voler leurs vélos.

La police brésilienne a ouvert une enquête. Les deux femmes n'ont pas été blessées.

La délégation australienne a déjà interdit à ses athlètes et ses dirigeants de visiter les favelas de Rio et ils considèrent instaurer un couvre-feu et d'identifier d'autres secteurs de la ville où ses membres n'auront pas droit de visiter.

Le mois dernier, la navigateur espagnol Fernando Echavarri et deux compagnons ont été tenus en joue par cinq jeunes hommes armés.

«Il ne s'agit pas d'un incident isolé, des athlètes ont été victimes de vols en s'entraînant ou lors d'épreuves tests tenues à Rio et nous voulons qu'ils soient protégés, a expliqué Chiller. Nous avons informé nos athlètes, leur disant simplement que s'ils sont victimes d'un braquage, de ne pas résister, de donner ce qu'on leur demande de donner. C'est ce que les deux paralympiens ont fait dimanche.

«Des gens se trouvaient dans les parages, mais ils ne sont pas venus à leur aide. C'est une importante inquiétude et la seule réponse valable des autorités est de déployer plus d'agents dès maintenant. Nous enverrons 400 jeunes athlètes aux JO, nous devons nous assurer qu'ils seront protégés à tout prix.»

Chiller a fait parvenir une lettre au président du Comité organisateur des JO de Rio de Janeiro et au maire de la ville, Eduardo Paes, afin de leur faire part de ses inquiétudes.

«Nous demandons que le niveau de sécurité soit révisé et que les agents devant être mobilisés pendant les Jeux le soient avant. (...) Faites-le maintenant.»

On estime à 85 000 le nombre de policiers et de soldats qui seront déployés pendant les Jeux olympiques et paralympiques, mais les crimes violents demeurent une réalité quotidienne à Rio.

La sécurité vient près de la tête d'une longue liste de problèmes empoisonnant les Jeux de Rio de Janeiro, dont le virus du Zika, la pollution de l'eau, les faibles ventes de billets et les coupes budgétaires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer