• Le Droit > 
  • Sports 
  • > Titre prestigieux pour le squasheur Steve Wren 

Titre prestigieux pour le squasheur Steve Wren

Steve Wren a gagné ses cinq matches du... (Courtoisie)

Agrandir

Steve Wren a gagné ses cinq matches du tournoi en sol anglais, incluant la finale en trois sets contre le Britannique Stephen McLoughlin (11-9, 11-5 et 12-10).

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Steve Wren a beau avoir franchi le cap de la cinquantaine, ça ne l'empêche pas de toujours chercher à se dépasser comme joueur de squash.

Le membre de la Sporthèque de Gatineau l'a fait en fin de semaine dernière à Londres alors qu'il a remporté les grands honneurs chez les 50 ans et plus du British Open Masters, probablement le deuxième tournoi en importance au monde après les championnats du monde, disputés chaque deux ans (il n'y en a pas cette année).

C'est la première année dans cette catégorie d'âge pour l'athlète originaire de la Nouvelle-Zélande, qui a immigré au Canada à 19 ans après avoir été charmé en représentant son pays natal aux Championnats du monde juniors à Calgary en 1984.

Il avait déjà remporté deux titres du même genre en Amérique du Nord, aux Championnats canadiens et américains.

Cet ancien professionnel de club, qui s'était hissé au 84e rang mondial au milieu des années 1980, est encore en forme, en grande forme.

«À ces compétitions masters, je retrouve des joueurs que j'ai affrontés quand je jouais des tournois sur le circuit PSA (Professional Squash Association). C'est vraiment plaisant parce nous avons tous encore un fort esprit de compétition. Certains d'entre eux ont atteint un niveau plus élevé que moi à l'époque, mais l'âge est le grand égalisateur maintenant, nous ne sommes plus en aussi bonne forme que dans le temps», confiait-il cette semaine à son retour d'Angleterre.

Victoire à la dure

Wren a gagné ses cinq matches du tournoi en sol anglais, incluant la finale en trois sets contre le Britannique Stephen McLoughlin (11-9, 11-5 et 12-10).

Mais sa victoire n'a quand même pas été facile.

«La clé a été mon match de quart de finale, où je tirais de l'arrière 1-2 avec un score de 9-9 au quatrième jeu. J'ai finalement réussi deux bons coups pour remporter ce jeu, puis j'ai pris confiance et j'ai remporté le cinquième assez facilement. En même temps, le premier favori du tournoi a été éliminé en trois sets et je me suis mis à penser que je pouvais gagner ce tournoi qui n'est pas évident parce que c'est un single knock-off, tu perds un match et tu t'en vas à la maison», a-t-il relaté.

La plaque qu'il a remportée à Londres s'ajoute à une belle collection chez les Wren, alors que ses trois enfants sont aussi impliqués dans l'élite de ce sport.

L'ainé Calvin (21 ans) a participé aux Jeux panaméricains alors qu'il s'est hissé au quatrième rang au Canada, avant d'aller à l'Université McGill. Sa fille Chloé (19 ans) vient de terminer sa carrière chez les juniors avec quelques titres québécois en poche. Et le plus jeune, Dominic (16 ans) est le champion en titre chez les 16 ans et moins au Québec.

Une vraie famille de squash, quoi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer