Les volleyeurs canadiens iront à Rio

L'équipe canadienne célèbre après sa victoire importante contre... (Courtoisie)

Agrandir

L'équipe canadienne célèbre après sa victoire importante contre l'équipe chinoise. Elle pouvait compter sur le retour en action de Gavin Schmitt (#12) pour ce tournoi à Tokyo.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Glenn Hoag se souvient de la dernière fois que le Canada a participé aux Jeux olympiques en volley-ball masculin. Il était devenu papa pour la deuxième fois.

Le Canada avait perdu deux des trois premières... (Courtoisie) - image 1.0

Agrandir

Le Canada avait perdu deux des trois premières manches contre la Chine dimanche. Il a toutefois remporté les deux sets suivants pour assurer sa place à Rio.

Courtoisie

Son fils Nicholas était né, deux mois avant le rendez-vous de Barcelone.

«Je regardais les Jeux à la télé en le tenant dans mes bras», a relaté le Gatinois au bout du fil.

Pourquoi l'anecdote? Parce que le Canada s'est qualifié en vue des JO pour la première fois depuis 1992.

Il a obtenu son billet, dimanche matin, en gagnant le dernier match d'un tournoi de la dernière chance à Tokyo, venant à bout de la Chine en cinq manches (25-16, 20-25, 24-26, 25-20 et 15-9).

Aussi parce que Hoag dirige cette équipe depuis une décennie.

Et que son garçon était l'unique joueur québécois au sein de l'alignement.

Une formation nationale qui s'entraîne à Gatineau depuis sept ans au centre sportif.

«Je ressens une grande fierté pour nos joueurs. Je pense notamment à Gavin Schmitt, qui joue avec deux tiges de fer dans ses jambes», a noté Hoag, qui a déjà pris part aux Jeux en tant que joueur en 1984 à Los Angeles.

Volleyball Canada l'a embauché, il y a 10 ans, afin de reconstruire le programme national en déroute.

Le nouvel entraîneur-chef avait fixé comme objectif un retour aux JO en 2016.

Sa troupe avait échoué une première fois dans sa tentative de se qualifier en janvier, perdant un match contre Cuba.

Elle était toutefois privée à l'époque de Schmitt.

À Tokyo, le Canada ne l'a pas eu facile, perdant ses deux premières joutes contre la Pologne et l'Iran.

Il a rebondi en gagnant quatre de ses cinq parties suivantes.

«Les gars sont partis en ville pour faire la fête. Et avec raison. Ce fut un tournoi tellement épuisant», a noté Hoag en entrevue avec LeDroit.

«L'horaire avait été organisé pour nous faire échouer, a-t-il dénoncé. Les conditions étaient très difficiles en commençant avec deux matches d'enfer en 16 heures. Ces parties ont puisé beaucoup d'énergie à nos joueurs.»

Le Canada avait même perdu deux des trois premières manches contre la Chine dimanche.

Il a toutefois remporté les deux sets suivants pour assurer sa place à Rio.

«Auparavant, les gars lâchaient. Mais cette fois-ci, ils ont vraiment tenu la baraque et ils sont revenus de l'arrière pour gagner», a souligné Glenn Hoag avec un brin de fierté dans sa voix.

Son équipe a aussi obtenu un coup de main de la Pologne afin d'obtenir son billet olympique.

Les champions du monde de 2014 ont vaincu le plus sérieux rival du Canada, l'Australie, lors de la dernière journée du tournoi.

L'entraîneur quinquagénaire a tenu à rendre hommage à la cinquantaine de joueurs qui ont défilé au sein de la formation depuis 10 ans.

«Ils ont fait partie du succès de ce programme, tout comme notre personnel d'entraîneurs, de préparateur physique et notre coordonnateur, qui fait un travail de fou», a-t-il dit.

Hoag et sa troupe reviendront à Gatineau lundi, en fin de journée. Ils profiteront de quelques journées de congé avant de reprendre l'entraînement au centre sportif.

Des parties de la Ligue mondiale les attendent dans les prochaines semaines avant de passer en mode JO.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer