• Le Droit > 
  • Sports 
  • > Sur les lignes de côté, le mercure inquiète les médecins 

Sur les lignes de côté, le mercure inquiète les médecins

L'édition 2016 «ne sera vraiment pas celle où... (Archives LeDroit)

Agrandir

L'édition 2016 «ne sera vraiment pas celle où il sera recommandé d'abaisser ses marques personnelles», souligne le responsable des services de santé à la Fin de semaine des courses d'Ottawa.

Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

En tant que responsable des services de santé à la Fin de semaine des courses d'Ottawa, depuis des années, le Dr Jon Hooper a côtoyé bien des coureurs indisposés par des malaises. «L'an dernier, les conditions météo étaient idéales. Nous avons quand même reçu une bonne quinzaine de patients dans notre tente. Deux d'entre eux ont été hospitalisés. Ce fut donc une très bonne année pour nous.»

Pragmatique, l'homme qui travaille aussi à l'unité des soins intensifs de l'hôpital d'Ottawa s'attend à voir ce nombre «doubler, sinon tripler» en raison de la chaleur extrême qui sévira cette année. «Certains font la danse de la pluie. Moi, chaque soir, je fais la danse de la neige. Ces avertissements de chaleur accablante nous préoccupent au plus haut point», dit-il.

Le Dr Hooper avait quand même un avertissement à servir aux coureurs qui s'apprêtent à participer aux différentes courses. Il s'adresse particulièrement à ceux qui se croient invincibles quand il dit que «l'édition de 2016 de la Fin de semaine des courses ne sera vraiment pas celle où il sera recommandé d'abaisser ses marques personnelles».

«Ce ne sera clairement pas un week-end idéal pour se défoncer.»

«Si vous ne vous sentez pas bien sur le parcours, de grâce, ralentissez. Ne vous inquiétez pas de compléter la course rapidement. Donnez-vous l'objectif de terminer la course, tout court.»

Chaque année, des médailles de participation sont remises à tous les participants qui franchissent le fil d'arrivée peu importe le résultat. «Les seuls coureurs qui ne reçoivent pas de médaille sont ceux qui terminent la journée en ma compagnie», dit-il pince-sans-rire.

Il se permet d'en rajouter un peu, en ciblant les gens qui courent depuis plusieurs années, qui sont en grande forme et qui n'ont jamais eu de problèmes de santé.

«Chaque année, j'entends les mêmes phrases à l'infirmerie. Des gens me regardent, tout surpris, et me disent qu'ils ne pensaient jamais qu'une telle chose pouvait leur arriver. Je vous jure qu'au fil des ans, j'ai bien entendu cette phrase 2000 fois.»

«C'est pourquoi je me permets de le répéter. En fin de semaine, si vous courez, ralentissez.»

Vague de chaleur et appel à la vigilance

Les propriétaires de piscines qui ont eu la clairvoyance de la préparer hâtivement pour la saison chaude seront populaires ce week-end, alors qu'Environnement Canada prévoit qu'une masse d'air chaud et humide s'installera sur le sud de l'Ontario.

Le mercure devrait atteindre un maximum entre 29 et 32 degrés Celsius samedi, et entre 27 et 29 degrés, dimanche.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO) émet un appel à la vigilance chez les résidents de la région. On recommande de diminuer les activités physiques intenses, de boire beaucoup d'eau, d'éviter les boissons alcoolisées et caféinées, ainsi qu'éviter une exposition prolongée au soleil. La chaleur peut provoquer la déshydratation et des coups de chaleur.

Les personnes âgées, les gens souffrant de maladies cardiovasculaires, respiratoires ou rénales, et les jeunes enfants sont particulièrement à risque lors d'une période de grande chaleur. Le CISSSO invite également les citoyens de la région à rendre visite à des proches ou des voisins en perte d'autonomie pour s'assurer qu'ils se portent bien.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer