En hommage aux guerriers sur patins

Todd White, Brian Kilrea et Norm MacMillan ont... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Todd White, Brian Kilrea et Norm MacMillan ont mis la main sur la coupe Memorial jeudi lors de l'ouverture de l'exposition Le hockey en temps de guerre dans le lobby de l'édifice de Bibliothèque et Archives Canada.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Brian Kilrea a eu l'occasion de remettre la main sur la coupe Memorial, ce trophée qu'il a gagné deux fois avec les 67's, jeudi soir.

Le légendaire entraîneur et directeur général des 67's d'Ottawa était présent à la soirée d'ouverture de l'exposition Le hockey en temps de guerre dans le lobby de l'édifice de Bibliothèque et Archives Canada, sur la rue Wellington.

«Ça risque d'être la dernière fois que j'y touche, à moins que Jeff Brown (l'actuel entraîneur des 67's) et sa bande parviennent à la gagner pendant que je fais encore du dépistage pour eux», a-t-il blagué après avoir posé avec la coupe pour les besoins d'une photo.

Des vies transformées

L'octogénaire - il a eu 81 ans la semaine dernière - apprécie l'initiative de BAC, en collaboration avec le Temple de la renommée du hockey auquel il a été intronisé en 2003. L'exposition montre à quel point la Première Guerre mondiale, entre 1914 et 1918, a transformé la vie des hockeyeurs et hockeyeuses.

L'ancien Sénateur d'Ottawa «One Eyed» Frank McGee, a perdu la vie pendant ce conflit, lui qui avait réussi à s'enrôler même s'il était borgne. «C'est assez incroyable de lire qu'il avait ses papiers de décharge dans sa veste quand son avion a été abattu», note Kilrea.

Un des oncles de ce dernier a participé à la Deuxième Guerre mondiale. Gagnant de la coupe Stanley avec les Sénateurs en 1927 ainsi que les Red Wings de Détroit en 1936 et 1937, Hec Kilrea (frère de Ken et Wally, aussi des anciens joueurs de la LNH) s'était vu refuser son inscription dans l'armée canadienne parce qu'il était trop âgé, ce qui fait qu'il s'est plutôt inscrit avec celle des États-Unis.

«Il est allé en France, à la crête de Vimy. Le gars de bazooka de son bataillon a été abattu, il a ramassé le bazooka et a fait exploser trois tanks. Les gens vont dire que c'est de la fabrication, que c'est impossible, mais j'ai toute l'histoire et j'ai ses médailles à la maison. Il s'est vu présenter la Croix de guerre par (le Général Charles) de Gaulle», relate le raconteur hors pair qu'est Brian Kilrea.

Ce n'est donc pas pour rien que celui-ci a énormément de respect pour les militaires qui ont servi en temps de guerre. «Quand nous avons été les hôtes de la coupe Memorial en 1999 (tournoi remporté par les 67's), certains de nos joueurs parlaient du trophée comme la Mem Cup. Brian s'est fait un devoir de leur dire qu'il fallait dire la coupe Memorial et leur rappeler que des joueurs de hockey de leur âge avaient dû laisser leurs clubs de hockey junior pour aller se battre pour notre pays. Je n'oublierai jamais ça», a mentionné le propriétaire des 67's Jeff Hunt, qui était parmi les invités à l'ouverture tout comme le gouverneur des Olympiques Norm MacMillan et l'ancien Sénateur Todd White.

De vendredi à dimanche

À l'approche du jour du Souvenir, l'exposition sera en montre pour quelques semaines et pour le prochain week-end, on pourra y voir la coupe Memorial, le trophée Jack-Adams d'entraîneur de l'année dans la LNH et le trophée Frank J. Selke de joueur le plus gentilhomme, en plus d'une reproduction miniature de la coupe Stanley remise à Conn Smythe quand il a pris sa retraite.

BAC est ouvert de 10h à 20h vendredi, ainsi que de 10h à 15h samedi et dimanche.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer