Lutte: Morrison se couvre de bronze

Une seule lutteuse a vaincue Geneviève Morrison à... (Courtoisie, Lutte Canada)

Agrandir

Une seule lutteuse a vaincue Geneviève Morrison à Las Vegas: la Japonaise Eri Tosaka, triple championne du monde.

Courtoisie, Lutte Canada

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ce fut d'abord un premier titre national en carrière. Ensuite, il y a eu cette médaille d'or aux Jeux panaméricains en juillet à Toronto.

Voilà maintenant que la lutteuse Geneviève Morrison termine troisième aux championnats du monde. L'athlète originaire du Pontiac a remporté le bronze tard mercredi soir à Las Vegas chez les 48 kg.

«Ça ne fait que cinq minutes que je suis débarquée du tapis», a averti Morrison au bout du fil. Elle venait de vaincre la Russe Valentina Islamova.

Tout ça à sa première participation aux Mondiaux seniors.

«J'ai l'impression de rêver... Je suis tellement contente. En arrivant ici, je voulais terminer parmi les cinq premières. Mais en même temps, je me disais que ce serait difficile. Que j'aurais besoin d'un peu de chance.

«Là, j'ai hâte de monter sur le podium devant mes parents et amis pour recevoir ma médaille.»

Carole et Michel Haley se trouvaient dans la plus grande ville du Nevada afin d'encourager leur fille née à Shawville à l'automne 1988. Ils étaient aussi à Toronto quand elle a été couronnée championne des Jeux panaméricains.

«Ils ont pris l'avion pour venir ici. Ils passent la semaine à Vegas. J'ai l'impression qu'ils vont faire un tour au casino maintenant pour voir s'ils seront chanceux à leur tour!»

Âgée de 26 ans, Morrison était peu connue de ses adversaires. Elle avait livré peu de combats sur la scène internationale senior. Le fait saillant de sa carrière a longtemps été ses deux médailles d'or aux Universiades en 2010, puis en 2012.

«Ma catégorie de poids est très compétitive au Canada. J'ai passé huit ans en troisième position au pays. C'était la première fois cette année que je gagnais aux championnats canadiens.»

Sa patience aura été récompensée.

«Ce fut frustrant de ne pas gagner pendant si longtemps. Mon entraîneur m'a dit que la journée que je percerais, je serai prête pour connaître du succès sur la scène mondiale.»

Le coach a vu juste.

Une seule lutteuse l'a vaincue mercredi à Las Vegas. Morrison a perdu en demi-finale contre la Japonaise Eri Tosaka, triple championne du monde.

«Je pensais que j'étais capable de la battre. Mais j'ai commis des erreurs tôt. Mais si nous nous rencontrons aux Jeux olympiques, je serai confiante.»

Parlons justement des Jeux qui auront lieu l'été prochain à Rio.

En gagnant le bronze, Geneviève Morrison a permis au Canada d'obtenir un laissez-passer olympique chez les 48 kg. Il reste maintenant à savoir quelle femme représentera l'unifolié.

La réponse sera connue en décembre lors des sélections canadiennes à Edmonton.

Morrison sera la favorite. Elle accédera directement à la finale et sera confrontée à la gagnante d'un tournoi à la ronde.

Un petit deux qu'elle aura l'appui la foule. L'Alberta est devenue sa province d'adoption depuis neuf ans. Elle a déménagé là-bas en 2006, étudiant à l'Université de Calgary.

Mais le Pontiac demeure bien dans son coeur. Plus précisément Campbell's Bay où elle a passé une partie de son enfance avant de vivre à Montréal, Bathurst et Darmouth.

«Je reviens chaque été dans le coin (en Outaouais) pour revoir mes grands-mères. Et je suis revenue là-bas pour me marier», a-t-elle souligné.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer