Le Mont Sainte-Marie a soif de champions

Les récents succès de Dustin Cook, un produit... (Archives, La Presse Canadienne)

Agrandir

Les récents succès de Dustin Cook, un produit du Mont Sainte-Marie, ont attisé les cendres d'un vieux projet dans la région.

Archives, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Mont Sainte-Marie veut attirer à nouveau des championnats canadiens et peut-être même des courses internationales sur ses pentes.

Un projet a été lancé le mois dernier afin d'élargir sa piste Outaouais, qui a jadis été considéré un des meilleurs parcours de slalom géant au pays. Plusieurs noms connus du ski alpin canadien se sont déjà entraînés sur ce tracé.

Des exemples?

Tiens il y a l'ancienne championne du monde, Betsy Clifford, de même que les Brian Stemmle, Mike Tommy, Patrick Biggs et les anciens Crazy Canucks Todd Brooker et Ken Read.

Ces deux derniers se sont déjà rangés derrière ce projet piloté par l'homme d'affaires Chris Klotz et appuyé par le club Mont Sainte-Marie et les propriétaires du centre de ski. Le vice-champion du monde en super-G, Dustin Cook, a accepté la présidence d'honneur, lui qui a pris goût à la compétition sur la montagne présentant le plus fort dénivelé de la région.

«Malheureusement, la piste Outaouais ne répond plus aujourd'hui aux critères de sécurité. Nous aimerions qu'elle puisse retrouver sa sanction de la Fédération internationale de ski (FIS)», explique Klotz.

Une sanction qu'elle a perdue à la fin des années 1990. La raison? La portion supérieure de la piste est jugée dorénavant trop étroite.

Une vieille idée

En ce moment, aucune piste homologuée FIS ne se trouve dans la région.

«Depuis une décennie, les gens lancent l'idée d'élargir le parcours. Mais personne n'a vraiment donné suite à ça. Pourtant, il s'agit d'un enjeu non seulement régional, mais aussi provincial et même national», soutient Klotz.

Les récents succès de Cook, un produit du Mont Sainte-Marie, ont ramené le dossier à l'avant-plan. Il a terminé deux fois sur le podium le mois dernier, gagnant notamment la Coupe du monde de Méribel, en France.

«Le timing ne pouvait pas être mieux, avoue Klotz. En ce moment, les jeunes de la région ne peuvent s'entraîner qu'à partir du milieu de la piste, relate-t-il. Ça leur donne des descentes de 30 à 40 secondes. En effectuant les travaux nécessaires, ils pourraient prendre le départ au sommet et ça ferait des descentes de 60 à 70 secondes. Ils n'arriveraient plus épuisés au fil d'arrivée en compétition quand ils se présentent ailleurs.»

«Nous avons plusieurs bons jeunes skieurs qui émergent... Nous voulons créer un autre Dustin Cook ici», ajoute-t-il.

Et surtout, ça éviterait que ces skieurs juvéniles et juniors s'expatrient. Que ce soit pour les entraînements ou compétitions.

«Nous pourrions à nouveau attirer des courses FIS et même se qualifier en vue de championnats canadiens ou du circuit Nor-Am.»

Le coût du projet a été fixé à 150000$. Une partie de la facture est liée notamment au dynamitage nécessaire pour réaménager la portion supérieure de la piste Outaouais.

Les instigateurs espèrent entamer les travaux dès cet été afin de livrer un parcours plus large et homologué dès la saison 2015-2016.

Une campagne de financement a été lancée. Plus de 47300$ ont été amassés lors des 11 derniers jours via le site GoFundMe.

«La réaction des gens est incroyable. [...] Je viens justement de passer plus d'une heure au téléphone à parler avec Ken Read à ce sujet», souligne Chris Klotz.

De son côté, le club de ski Mont Ste-Marie s'est engagé à verser 30000$ dans le projet. Les proprios du centre de ski, eux, ont promis d'égaler cette somme en biens et services.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer