Dustin Cook revient à la réalité

Le skieur alpin du Lac-Sainte-Marie Dustin Cook est... (Jeff Swinger, Archives USA Today Sports)

Agrandir

Le skieur alpin du Lac-Sainte-Marie Dustin Cook est en Autriche pour participer à une épreuve de la Coupe du monde.

Jeff Swinger, Archives USA Today Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Finies les célébrations. Place au retour à la réalité pour le nouveau vice-champion du monde en super-G.

Dustin Cook venait d'arriver dans sa chambre d'hôtel à Saalbach, en Autriche, mercredi soir, lorsque le journaliste du Droit l'a appelé. Il était fatigué.

«Le décalage horaire», pestait le skieur alpin du Lac-Sainte-Marie au bout du fil.

Un premier entraînement l'attend dès ce matin sur les pentes. Puis dimanche, ce sera place à une épreuve de la Coupe du monde.

Sa première en super-G depuis sa performance historique, il y a une douzaine de jours, au Colorado. Il était devenu vice-champion du monde.

Un résultat qui a surpris la communauté européenne. Une performance qui a été fêtée en Outaouais.

Les acteurs du ski alpin au mont Sainte-Marie lui ont organisé une soirée en son honneur dimanche. Ça tombait bien.

«J'avais déjà planifié de revenir en ville durant le week-end. Je ne savais pas si j'allais me rendre au chalet ou pas par contre», relate-t-il.

On l'a convaincu d'effectuer le petit déplacement additionnel.

«Ce fut une fête très émotive pour moi. J'ai grandi là-bas. J'ai revu beaucoup d'amis. Je te dirais que j'étais probablement plus émotif que lors de ma course aux Mondiaux.»

Visiblement, l'hommage rendu l'a touché. L'athlète de l'Outaouais s'arrêtera aussi à Kvitfjell, puis Meribel.

Mais Cook, 26 ans, n'entrevoit aucun problème à remettre le compteur à zéro en vue de la dernière portion de la saison.

Saalbach sera l'une des trois dernières étapes de la Coupe du monde à son horaire. L'athlète de l'Outaouais s'arrêtera aussi à Kvitfjell, puis Meribel.

«Ce sont plusieurs pistes nouvelles pour moi. Ça sera excitant», dit-il.

Il reste que tous les yeux seront rivés sur lui. On voudra voir si le vice-champion du monde saura répéter son exploit et aboutir à nouveau sur le podium. Ou est-ce que ce sera un feu de paille?

«Je ne ressens aucune pression. À mes yeux, ce sera une nouvelle journée sur la montagne, explique-t-il.

«Je demeure la même personne. Rien n'a changé. La seule différence peut-être, c'est que cette performance me donne encore plus de confiance.»

En fait, Cook semblait heureux de se retrouver en sol autrichien pour cette première course.

«Il n'y a aucune distraction ici. En étant en Europe, il n'y a pas de famille. Tu n'as pas à conduire pour retourner à la maison. Il n'y a que le ski.»

Et pour les curieux, on ne l'a pas accueilli en vedette à Saalbach, malgré sa percée parmi les grands aux championnats du monde.

«Ç'a aurait été cool, mais ça ne s'est pas encore produit», lance Cook en riant.

Une victoire en Autriche dans les prochains jours et la donne pourrait changer lors de son arrêt suivant en Norvège.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer