• Le Droit > 
  • Sports 
  • > Brodeur fait la connaissance de Silfberberg 

L'attaquant des Sénateurs tranche le débat en fusillade

Brodeur fait la connaissance de Silfberberg

Jakob Silfverberg a battu Martin Brodeur en fusillade,... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Jakob Silfverberg a battu Martin Brodeur en fusillade, lundi.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partager

NEWARK - Avec son puissant lancer des poignets, Jakob Silfverberg constitue une véritable menace chaque fois qu'il se trouve seul devant le filet adverse. Tous les gardiens en Suède le savent. Ceux de la Ligue américaine l'ont appris cet automne. Depuis hier après-midi, Martin Brodeur le sait aussi.

Le légendaire vétéran des Devils du New Jersey a carrément figé lorsque la recrue suédoise s'est présentée devant lui. Silfverberg a visé son endroit de prédilection: dans la partie supérieure, du côté de la mitaine. Son premier but depuis le 3 février ne sera pas porté sa fiche, mais il s'en fout. Il a permis aux Sénateurs d'Ottawa d'aller chercher une grosse victoire de 2-1, en tirs de barrage, au Prudential Center.

«J'ai déjà vu 'Silfvy' marquer des buts comme ça dans le passé... Une fois ou deux. Il ne marque jamais ce genre de buts à mes dépens lors des séances d'entraînement. Mais tous les autres gardiens se font prendre», a déclaré l'autre héros de la journée, le gardien Ben Bishop.

Ses 31 arrêts ont permis aux Sénateurs de mettre un terme à la séquence de deux défaites consécutives.

Il a surtout su se relever après avoir connu un début de match difficile.

Le match était commencé depuis 79 secondes, à peine, lorsque les Devils ont ouvert la marque. Bishop a eu du mal à bloquer le premier lancer dirigé vers lui. Il a cédé lorsque Stephen Gionta s'est emparé du retour.

«Je déteste allouer un but en début de partie. Aujourd'hui, je suis fier de mes coéquipiers car ils n'ont jamais baissé les bras. Même si ça n'a pas été facile, nous avons gagné. J'espère que cette victoire va nous permettre de gagner un peu de momentum», déclare-t-il.

Un gros problème à régler

Les Sénateurs ont effectivement pris le contrôle de la partie au beau milieu de la deuxième période. Il restait cependant un gros problème à régler. Ils étaient incapables de marquer.

Samedi, à Toronto, André Benoît a fait dérailler une descente à trois contre un en décochant un tir dans la baie vitrée.

Hier, le Franco-Ontarien était dans les gradins lorsque Daniel Alfredsson a carrément échappé la rondelle dans une descente en surnombre.

«Il était extrêmement difficile de créer de belles pièces de jeu en zone d'attaque aujourd'hui. Ça faisait longtemps que je n'avais pas joué sur une surface glacée de qualité aussi médiocre», s'est défendu le capitaine en fin de journée.

Il a pourtant réussi à compléter un gros jeu au moment opportun. C'est lui qui a battu Brodeur au milieu de la troisième période pour créer l'égalité.

«Quelqu'un m'a dit que nous n'avions pas marqué un seul but en 137 minutes de jeu. Ça fait long...»

Kyle Turris et Silfverberg ont obtenu les mentions d'aide sur le but égalisateur. Ils ont bien fait paraître leur entraîneur, qui a justement choisi de les réunir au sein du même trio pour la première fois dans cette partie.

«Nous sommes à la recherche de nouvelles combinaisons. Je me suis dit que ça valait la peine d'essayer Jakob à l'aile gauche», dit MacLean.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer