• Le Droit > 
  • Sports 
  • > Sylvie Bernier veut faire bouger les jeunes 

Sylvie Bernier veut faire bouger les jeunes

Partager

Elle n'en était pas consciente parce qu'elle ne connaissait certainement pas le personnage, mais en passant à Gatineau hier, Sylvie Bernier a repris une expression chère à l'ancien maire Robert Labine.

«Il faut que les bottines suivent les babines», m'a-t-elle lancé dans une entrevue accordée après la conférence de lancement du congrès «Bougeons ensemble» de la Fédération des Éducateurs et Éducatrices Physiques Enseignants du Québec (FÉÉPEQ) et du Réseau du sport étudiant du Québec (RSÉQ).

Le message qu'elle voulait lancer aux quelque 400 intervenants et éducateurs physiques rassemblés à la polyvalente Nicolas-Gatineau avec cette citation célèbre en sol outaouais, c'est qu'ils doivent tous donner l'exemple au niveau du développement de saines habitudes de vie à l'école alors que des statistiques inquiétantes sont étalées au grand jour, comme le fait que les enfants nés après 2000 ont une espérance de vie de cinq ans inférieure à celles de leurs parents. Aussi, au Québec, 49 % des filles et 26 % des garçons de 6 à 11 ans font moins de 60 minutes d'activité physique d'intensité modérée par jour, le minimum recommandé, tandis que c'est pire au secondaire où 65 % des adolescentes et 47 % des adolescents n'atteignent pas cette même recommandation.

«Tout le monde dans la société, on a tous une responsabilité et on a tous un pouvoir d'agir, et c'est ce pouvoir-là qu'il faut qu'on reprenne... Un de mes rêves, c'est de voir des directeurs d'école arriver au travail en vélo ou en espadrilles, même chose pour les éducateurs physiques. Les parents ont aussi une responsabilité de donner l'exemple, évidemment. Il faut que tout le monde mette l'épaule à la roue si on veut renverser cette tendance qui est mondiale, ce n'est pas juste au Québec», note Bernier.

Excellente ambassadrice

En tant que première Québécoise à avoir gagné une médaille d'or olympique, en plongeon aux Jeux de Los Angeles en 1984, Bernier est une excellente ambassadrice des saines habitudes de vie pour l'organisme Québec en forme, car on la sent passionnée par le sujet.

Il fallait la voir lors de sa conférence parler avec enthousiasme du nouveau programme Wixx conçu pour faire bouger les jeunes 9-13 ans et les inciter à manger mieux. Un programme «pour les jeunes et par les jeunes, avec des outils de promotion qui sont 'cools' tant que les adultes ne les portent pas et où bouger est associé au 'fun', pas au plaisir parce que ce n'est pas un terme qu'ils utilisent», mentionnait la chef de mission adjointe aux derniers Olympiques de Londres.

(Si vous avez des enfants, faites-leur découvrir le site internet du mouvement, au wixx.ca. Très 'cool' comme endroit, qu'ils ne peuvent visiter que 7:34 minutes à la fois avant de se faire dire d'aller «crinquez ton pouls», le slogan de la campagne.)

Une promesse à tenir

Dans un deuxième temps au niveau des «bottines qui suivent les babines», Sylvie Bernier tient aussi à enjoindre le nouveau gouvernement péquiste à tenir sa promesse d'investir dans une politique de prévention au niveau de la santé, mentionnée par la première ministre Pauline Marois dans son discours du Trône. Une politique qui pourrait être arrimée avec celle concernant le sport et l'activité physique.

«Il y a une volonté politique présentement, il faut dire haut et fort qu'on est heureux qu'il y en ait une, mais il ne faut pas que ça s'arrête là, à une annonce dans un discours du Trône. On veut qu'elle soit en place et qu'on travaille sur les environnements. Ce n'est pas juste de dire aux jeunes, 'Bouge plus et mange mieux'. Ça prend des environnements pour que nos jeunes aient une facilité à faire des choix sains. Oui, il faut une volonté politique, mais il faut que ça descende pour qu'on ait au moins les moyens de faire 60 minutes d'activités physiques par jour dans les écoles, ce qui a été enlevé au fil des ans. Le discours est beau, on est super content, mais on veut que ça donne des résultats concrets», ajoute Bernier, qui travaille de concert avec d'autres intervenants dans le domaine, comme Pierre Lavoie, notamment.

Le mouvement vise d'abord le système scolaire, mais les municipalités seront également appelées à embarquer alors qu'elles offrent elles aussi des services de loisirs.

C'est tout à l'honneur de cette grande dame du sport au Québec que de s'impliquer de la sorte dans un projet de société pour améliorer l'avenir de nos jeunes, alors que le gros de son travail de maman est complété, ses filles, actives dans différents sports (mais pas le plongeon) sont âgées de 17, 19 et 21 ans. Quant à elle, Sylvie Bernier se garde en forme en faisant différentes activités au gré des saisons, comme le vélo de route et la course l'été, ainsi que le ski de fond en hiver.

En vitesse

Pour les mordus de baseball du coin, une revue digitale intitulée « Sur le terrain «, au sujet du programme sport-études baseball de Nicolas-Gatineau, a été lancé sur la grande toile cette semaine. Vous pouvez aller la consulter à l'adresse suivante : sdbng.com/Terrain/sdbng/index.html . C'est très bien fait, en passant.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer