Grève dans la construction : les négos reprennent par secteurs

Les ouvriers de la construction du Québec poursuivent... (Archives La Presse)

Agrandir

Les ouvriers de la construction du Québec poursuivent leur grève pendant que l'Association de la construction du Québec et les représentants syndicaux cherchent un terrain d'entente.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lia Lévesque
La Presse Canadienne
Montréal

Les négociations entre l'Alliance syndicale et les parties patronales dans l'industrie de la construction reprennent aux tables sectorielles, à 14h et 15h vendredi, alors que les discussions qui ont eu cours sur les clauses communes à tous les secteurs, jeudi soir et vendredi matin, n'ont pas porté fruit.

Pendant ce temps, la grève qui concerne les 175 000 ouvriers de la construction, dans les secteurs résidentiels, génie civil et voirie, de même qu'institutionnel, commercial et industriel, en est à sa troisième journée.

Ces négociations, menées en présence de conciliateurs nommés par le ministère du Travail, se déroulent dans un contexte où le premier ministre Philippe Couillard a prévenu qu'il enclencherait le processus menant à l'adoption d'une loi spéciale lundi prochain. Le compte-à-rebours est donc commencé.

Les négociations à la table centrale - où sont discutées les questions des assurances, du régime de retraite et des congés -qui avaient repris, jeudi soir, ont duré jusqu'à 3h30 vendredi matin.

Ces négociations ont été «un échec», a tranché le porte-parole de l'Alliance syndicale, Michel Trépanier, au cours d'une entrevue vendredi après-midi.

Et pour lui ce «tronc commun est un élément extrêmement important pour nos travailleurs» puisqu'il concerne tous les secteurs de l'industrie.

Du côté patronal aussi, on confirme que ces négociations sur les clauses communes à tous les secteurs n'ont rien donné.

«Ces négociations-là se sont terminées cette nuit, à 3h30. Elles ont donné peu de résultats. Nos représentants qui étaient à la table du tronc commun sur ces enjeux-là ont senti qu'ils ont perdu leur temps», a rapporté le responsable des relations avec les médias à l'Association de la construction du Québec, Éric Côté.

Contrairement au secteur public, dans l'industrie de la construction la question des salaires est discutée aux tables sectorielles, et non à la table centrale, puisque les salaires diffèrent légèrement selon le secteur de l'industrie.

Les discussions reprennent donc à 14h ou 15h, selon le secteur de l'industrie.

Les quatre conventions collectives de l'industrie sont échues depuis le 30 avril dernier. Les principaux points en litige sont la conciliation travail-famille, les heures supplémentaires et les salaires.

Des plaintes

Du côté de la Commission de la construction du Québec, qui encadre l'industrie, on rapporte quelques signalements ou plaintes reliés à la grève, mais la responsable des relations avec les médias, Mélanie Malenfant, n'a pu en évaluer le nombre.

C'est que même s'il y a eu un vote de grève fortement majoritaire, soit entre 93 et 95 pour cent, selon le secteur, chaque ouvrier n'est pas tenu de respecter le mot d'ordre de grève, contrairement aux autres secteurs d'activités. Il s'ensuit parfois des frictions entre les ouvriers, lorsque certains décident de rentrer au travail malgré le mot d'ordre de grève.

L'industrie de la construction n'est pas couverte par les dispositions anti-briseurs de grève du Code du travail - communément appelées Loi anti-scabs. Protéger le droit de grève par ces dispositions est d'ailleurs une revendication de longue date des syndicats présents dans l'industrie.

Les ouvriers qui débraient peuvent tenter de convaincre leurs collègues qui entrent au travail de la justesse de leur cause, mais ils ne peuvent aller jusqu'à user de menace ni d'intimidation.

S'il y a menace ou intimidation, il peut y avoir plainte ou signalement. La Commission de la construction mènera alors une enquête - ce qui prend un certain temps, a rappelé Mme Malenfant. Si la plainte est fondée, le dossier peut ultimement être porté devant le Directeur des poursuites criminelles et pénales. Les amendes vont de 1000 $ à 11 000 $ par jour, a-t-elle précisé.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer