Une visite qui «vaut de l'or» pour les sinistrés

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, le député... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, le député fédéral de Gatineau, Steven MacKinnon, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, et le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, à Gatineau jeudi matin.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crue historique en Outaouais
Crue historique en Outaouais

Tout sur la crue historique de 2017 »

Le gouvernement du Québec « est en révision des seuils, des critères et des plafonds de remboursement » du programme d'aide financière aux sinistrés, a fait savoir le premier ministre Philippe Couillard, jeudi, à Gatineau.

Peu de temps après un vol d'hélicoptère au-dessus des zones inondées en compagnie de son homologue fédéral Justin Trudeau, M. Couillard a été interpellé par une résidente réclamant de l'aide financière pour les propriétaires non occupants, qui louent leurs maisons. Pour ceux qui demeurent dans leur propriété, le programme ne prévoit actuellement qu'un maximum de 159 208 $ pour les dommages causés à une résidence.

« Le gouvernement est en révision des programmes et on va assez rapidement arriver avec une annonce d'ajustement des programmes, a-t-il déclaré en point de presse. Les seuils, les propriétaires non occupants, on va se pencher sur ces questions-là. Il est clair qu'on est en révision des seuils, des critères et des plafonds de remboursement. On regarde tout ça. Maintenant, il faut être conscient qu'il y aura un autre plafond. La personne qui va être au-delà de l'autre plafond, elle va trouver que le plafond n'est pas assez haut. Ce qu'on veut faire, c'est actualiser ça pour les coûts réels qu'on rencontre aujourd'hui, réviser les critères d'admission. »

Le premier ministre Justin Trudeau a pour sa part mentionné qu'« au niveau du fédéral, on a des programmes d'assistance à la suite de désastres comme ça », en ajoutant que son gouvernement « travaille avec les provinces pour s'assurer qu'on est en train d'aider et que l'argent va à la bonne place ».

Pour le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, l'annonce de jeudi montre l'utilité d'une visite - aussi courte soit-elle - des premiers ministres Couillard et Trudeau dans une zone sinistrée.

« Pendant ce 15 minutes-là, pendant qu'on marche, on parle du fait qu'il y a des propriétaires non occupants qui ne peuvent pas recevoir d'aide, donc ça a permis d'échanger entre M. Trudeau, M. Couillard et moi là-dessus, a souligné le maire. Ça, ça vaut de l'or. Donc ce 15 minutes là, moi je trouve qu'il a été payant, et probablement pour bien des sinistrés, parce qu'on parle aux plus hauts niveaux et ça, c'est fort comme message. [...] Oui, il y a une partie de relations publiques, mais dans ce cas-là, c'est très efficace, parce qu'on a parlé directement aux premiers ministres d'un problème qui affecte bien du monde à Gatineau et bien des sinistrés. »

Le maire Pedneaud-Jobin estime que la situation vécue par les propriétaires non occupants est « une préoccupation importante ». 

« En théorie, ce que le programme [d'aide financière aux sinistrés] dit, c'est qu'on paye juste pour la maison occupée, mais la personne qui a investi toute sa vie dans une deuxième maison, qui a un petit revenu et qui la perd, va peut-être perdre sa première maison s'il perd la deuxième. Donc il faut tenir compte de la réalité plus que de la théorie dans un cas comme ça. »

Cette annonce de la révision du programme d'aide financière aux sinistrés tombe à point pour Yves Carrière, rencontré alors qu'il attendait pour parler à un employé du ministère de la Sécurité publique, au Centre sportif de Gatineau. 

Ce résident de la rue Adélard, dans Pointe-Gatineau, est locataire dans l'immeuble dont son père est propriétaire. Le paternel, âgé de 79 ans, a vu sept pieds d'eau engloutir le sous-sol où il demeure. Yves Carrière souhaitait donc obtenir des réponses à ses questions non seulement sur l'aide qui lui sera offerte, mais aussi sur celle qui sera allouée à son père en tant que propriétaire qui n'occupe pas la totalité de sa maison.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer