Retour à la normale prévu à la fin du mois

«Il y a de l'espoir devant nous. On... (La Presse canadienne)

Agrandir

«Il y a de l'espoir devant nous. On s'en va vers une amélioration», a déclaré le ministre de la Sécurité publique et des Affaires municipales, Martin Coiteux.

La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crue historique en Outaouais
Crue historique en Outaouais

Tout sur la crue historique de 2017 »

La Presse Canadienne

Le premier ministre Philippe Couillard a confirmé, mardi, que des régions touchées par les inondations au Québec, dans l'ouest et le centre, amorçaient maintenant une lente phase de décroissance du niveau des eaux.

Il faudra cependant attendre plusieurs jours, dans certains cas quelques semaines, jusqu'à la fin du mois de mai ou au début du mois de juin pour espérer un retour à la normale, a prévenu à ses côtés le ministre de la Sécurité publique et des Affaires municipales, Martin Coiteux, au cours d'une conférence de presse à Montréal.

« On a des inondations majeures dans plusieurs secteurs. Graduellement, on va s'en aller vers des inondations moyennes, puis des inondations mineures. Pour que les citoyens qui sont affectés puissent comprendre ce que ça signifie : on a de l'eau dans le sous-sol, dans certains cas, malheureusement, ça atteint même le premier plancher ; petit à petit, ça va diminuer. Éventuellement, les inondations vont être sur le terrain et plus autour de la maison », a illustré le ministre Coiteux.

« Il y a de l'espoir devant nous. On s'en va vers une amélioration. Il faut être réaliste. Il faut penser qu'on s'en va vers un recul des eaux qui va être complété seulement vers la fin du mois », a-t-il prévenu.

Mardi matin, 1940 personnes avaient été évacuées, 2733 résidences avaient été inondées et 171 municipalités avaient été touchées.

Le ministre fédéral de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a aussi rapporté 100 évacués à Ottawa, 30 en Colombie-Britannique et trois au Nouveau-Brunswick.

La SQ mobilisée

De son côté, Jimmy Potvin, directeur des mesures d'urgence de la Sûreté du Québec, a rappelé que le corps policier continuait de patrouiller pour assurer la sécurité des citoyens et des sites inondés.

« On ne répertorie pas d'événements criminels outre mesure dans les sites inondés actuellement », a affirmé M. Potvin.

La SQ n'a pas eu « d'aucune façon » à utiliser son pouvoir de forcer les évacuations de citoyens jusqu'ici. « Les gens entendent très bien raison lorsqu'il s'agit de leur sécurité », a-t-il rapporté.

Aide et fonds

Le premier ministre Couillard a indiqué qu'il avait lui-même fait un don à la Croix-Rouge pour aider les sinistrés, mardi matin. Et il a invité les autres citoyens à faire de même, même s'il s'agit d'un petit montant. Les intéressés peuvent composer le 1-800-418-1111 ou consulter le site internet de la Croix-Rouge.

Le gouvernement du Québec avait déjà versé 500 000 $ pour lancer le fonds d'aide au rétablissement des sinistrés, lundi, et mardi, le premier ministre Justin Trudeau a annoncé que le fédéral ajoutait 1 million $ et la Ville de Québec a annoncé 100 000 $.

De son côté, le ministre Coiteux a rappelé qu'il existe aussi un programme d'indemnisation pour les sinistrés. « Ça peut aller, dans certains cas, jusqu'à des montants de 159 000 $ », a-t-il précisé.

De même, davantage d'efforts seront déployés, prochainement, au soutien psychosocial des personnes touchées.

« Avec le temps, ces besoins vont augmenter. J'essaie d'imaginer la scène de quelqu'un qui retourne dans sa maison et constate les dégâts. Je pense que ça va être l'objet d'inquiétudes et d'angoisse importantes. On va être là pour répondre à ça », a précisé le premier ministre Couillard.

L'absence de Trudeau critiquée

De son côté, le gouverneur général, David Johnston, a visité des sites inondés à Gatineau, mardi après-midi.

Mais des députés libéraux ont dû justifier la décision du premier ministre Trudeau de ne pas traverser le pont pour aller y voir de plus près.

« J'étais là avec M. Couillard. J'ai vu à quel point les efforts étaient consacrés pour assurer ses déplacements », a raconté Steven MacKinnon, député de Gatineau. « La venue de M. Trudeau (...) aurait fait en sorte qu'on dérange les opérations », a-t-il répondu aux journalistes.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer