Autoroute 50: Iracà veut aller «vite»

Le député Alexandre Iraça est très heureux de... (Patrick Woodbury, Archives Le Droit)

Agrandir

Le député Alexandre Iraça est très heureux de voir l'autoroute 50 inscrite au Plan québécois des infrastructures.

Patrick Woodbury, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'inscription de l'« amélioration de l'autoroute 50 » au Plan québécois des infrastructures 2017-2027, confirmée mardi lors du dépôt du budget Leitao, représente un acquis considérable en vue de l'élargissement du lien autoroutier reliant Gatineau à Mirabel, clame le député de Papineau, Alexandre Iracà.

Après que Québec ait annoncé en février un investissement de 2,3 millions de dollars pour préparer l'élargissement à quatre voies d'un premier tronçon de sept kilomètres, en partance du secteur Buckingham vers Thurso, l'ajout du projet au PQI était la suite anticipée, a réagi le député au lendemain du dépôt du budget, précisant que « l'amélioration de l'autoroute 50 », terminologie utilisée par le gouvernement dans le PQI, représentait bel et bien l'élargissement du lien routier.

« Il y a huit projets nouveaux qui ont été inscrits dans le tout le Québec. Chaque député se débat comme un diable dans l'eau bénite pour que leur projet soit inscrit. Une fois que c'est inscrit, on ne peut plus l'enlever, peu importe le gouvernement qui est au pouvoir. Le PQI pour le réseau routier, c'est la bible de travail des hauts-fonctionnaires », souligne M. Iracà.

Le député de Papineau estime qu'il a maintenant toute la latitude pour travailler sur les prochaines phases d'élargissement de la voie rapide.

« Pour que je puisse travailler avec les coudées franches sur des phases, il fallait que l'autoroute 50 soit inscrite au PQI. [...] Le but est de faire le plus de phases possible et les signaux que j'ai actuellement, c'est que nous allons aller rondement et vite », a ajouté le député de Papineau, sans toutefois préciser d'échéancier.

Il s'attend à ce que les travaux pour le premier tronçon soient amorcés en 2018 ou 2019 puisque l'étude de réalisation du chantier doit durer entre 18 et 24 mois. 

« Quand on pense que l'autoroute 50 a pris 50 ans avant d'être complétée, on va oublier ce genre de délai. Lorsque l'autoroute a été construite, elle a été conçue avec les terrains pour qu'éventuellement ce soit à quatre voies et nous sommes rendus là avec le débit de circulation qui a plus que doublé depuis l'ouverture complète en 2012 », a affirmé M. Iracà.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer