Le PQ veut gagner du terrain en Outaouais

Le chef intérimaire du PQ, Sylvain Gaudreault, accompagné... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Le chef intérimaire du PQ, Sylvain Gaudreault, accompagné des députés Lorraine Richard, Nicolas Marceau et Stéphane Bergeron

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le «sous-financement chronique en matière de santé se creuse ici en Outaouais», estime le chef intérimaire du Parti québécois (PQ), Sylvain Gaudreault.

Dans un point de presse organisé en marge du caucus présessionnel du PQ qui se terminait jeudi à Gatineau, M. Gaudreault a cité l'exemple de l'Outaouais en présentant le dossier de la santé comme l'une des quatre priorités des péquistes en vue de la reprise des activités à l'Assemblée nationale.

Sylvain Gaudreault a affirmé que le gouvernement de Pauline Marois «avait commencé à corriger le tir» entre 2012 et 2014, et qu'il importe de «soutenir» la création d'une faculté satellite de médecine en Outaouais, un projet qui est sur la table depuis plusieurs années déjà.

Le chef de l'opposition officielle est revenu sur le cas du décès de De Sale Gauthier, qui a mené le coroner Pierre Bourassa à porter un jugement sévère sur les délais d'attente à l'urgence de l'hôpital de Gatineau.

«Et au-delà de cet événement-là qui est tout à faire déplorable, il reste qu'il y a des tendances lourdes, estime M. Gaudreault. [...] Ce sont des délais d'attente qui peuvent aller jusqu'à 20 heures à l'hôpital de Gatineau. Là, on ne parle pas d'un triste record au Québec, on ne parle pas d'un triste record au Canada, on ne parle pas d'un triste record en Amérique, on parle d'un triste record en Occident pour les délais d'attente. Ce n'est pas moi qui le dit, c'est quelqu'un qui connaît ça, qui est un urgentologue, qui est le coroner Bourassa. Donc ça, on l'a constaté, et on constate également qu'il y a un problème de recrutement et de rétention des médecins de famille.»

Écoute et travail 

Tout en se disant bien conscient que l'Outaouais n'est pas la région du Québec où se trouve la plus grande proportion d'électeurs souverainistes, Sylvain Gaudreault estime qu'il y a moyen, pour le PQ, de gagner du terrain.

«Ce n'est pas une question de séduction, c'est une question de travail, c'est une question d'écoute», a-t-il dit.

Il a également rappelé que l'Outaouais a eu deux députés péquistes élus en 1976 et, plus récemment, un député bloquiste élu - «et réélu même» - en la personne de Richard Nadeau, dans Gatineau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer