Un Québec indépendant serait en bonne posture économique, selon une étude

Un peu plus de 40% des immigrants anglophones... (Photo d'archives)

Agrandir

Un peu plus de 40% des immigrants anglophones ou allophones jugent bon d'apprendre le français formellement.

Photo d'archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lia Lévesque
La Presse Canadienne
Montréal

Une nouvelle étude conclut à la viabilité financière d'un éventuel Québec indépendant, qui serait même en meilleure posture au plan financier que lors des référendums de 1980 et 1995.

Cette étude, rédigée par Maxime Duchesne, détenteur d'une maîtrise en science politique et spécialisé dans les questions économiques, fait l'objet d'un livre de 104 pages intitulé Finances d'un Québec indépendant.

«Malgré la diminution du poids économique du Québec dans la fédération et le vieillissement de la population, l'amélioration de l'état des finances publiques québécoises et canadiennes fait en sorte que le Québec est aujourd'hui en meilleure posture financièrement pour réaliser son indépendance qu'en 1980 et 1995. Tout indique qu'un tel changement de statut n'entraînerait pas de conséquences néfastes dues à l'abolition des mécanismes fiscaux canadiens et à la fin de la péréquation canadienne», écrit l'auteur.

L'ouvrage est préfacé par l'ancien premier ministre et ministre des Finances Bernard Landry, qui assistait d'ailleurs à son lancement, jeudi à Montréal.

L'auteur conclut qu'un éventuel Québec indépendant pourrait devoir composer avec soit un léger déficit, durant les premières années de son accession à l'indépendance, soit l'équilibre budgétaire en 2018-2019, selon qu'il choisirait de faire ou non ses versements au Fonds des générations.

M. Duchesne souligne également qu'un Québec indépendant économiserait 4,1 milliards $ par année à cause des dédoublements administratifs avec le gouvernement fédéral. Cette économie lui permettrait de compenser partiellement pour la perte des paiements de péréquation.

Prenant la parole au lancement, M. Landry a jugé cette étude fort utile parce qu'elle apporte des arguments économiques à l'idée indépendantiste. «Les adversaires de l'indépendance se servent de la crainte économique, de la peur, d'arguments qui nous rabaissent» et cette étude permet de contrer certains de ces arguments, a-t-il soutenu.

«Une nation qui peut être indépendante a le devoir de l'être. Notre place est aux Nations unies, non pas au Conseil de la fédération, entre la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick, ceci dit en tout respect», a lancé M. Landry.

L'auteur croit que son étude est pertinente même si le seul parti qui a actuellement une chance d'être au pouvoir pour réaliser la souveraineté du Québec, le Parti québécois, n'est pas au pouvoir.

«Ce n'est pas important de savoir s'ils sont au pouvoir ou pas. La population se pose beaucoup de questions par rapport aux finances, pour savoir de quoi aurait l'air un Québec indépendant. C'est important de répondre en tout temps, que le PQ soit au pouvoir ou pas. Je pense que c'est encore plus pertinent quand ils ne sont pas au pouvoir, parce qu'ils n'ont pas toutes les ressources de l'État pour mener ces études-là», a justifié M. Duchesne.

M. Duchesne a commencé les travaux pour son livre en 2013, le PQ a été battu en 2014.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer