Québec se mêlera moins des affaires des villes

Le plan d'action dévoilé par Martin Coiteux permettra... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Le plan d'action dévoilé par Martin Coiteux permettra à la Ville de Gatineau de décider bien plus facilement des règlements concernant la vitesse dans ses rues.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Québec a répondu à une demande de longue date des villes, mercredi, en allégeant le fardeau administratif auquel le monde municipal doit se plier dans de très nombreux domaines.

À Gatineau, la lourdeur administrative exigée par le gouvernement provincial représente 73 853 heures de travail par année, soit l'équivalent de 40 employés à temps plein, a régulièrement souligné le maire Maxime Pedneaud-Jobin. À l'échelle provinciale, cette lourdeur bureaucratique représentait, annuellement, 2,5 millions d'heures de travail.

Le plan d'action dévoilé par le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, regroupe 32 mesures qui accorderont plus de latitude et de souplesse aux municipalités. «On peut désormais espérer consacrer ce temps pour améliorer les services aux citoyens», a affirmé le maire de Gatineau.

Il mentionne au passage que toute la reddition de compte des villes concernant les règlements d'emprunt sera allégée, ce qui va faire gagner beaucoup de temps au service des finances de Gatineau. La Ville pourra maintenant déterminer les meilleures façons pour diffuser ses avis publics. Elle pourra aussi décider bien plus facilement des règlements concernant la vitesse dans ses rues. 

«Le gouvernement nous dit qu'il va se mêler de nos affaires le moins possible, résume M. Pedneaud-Jobin, c'est vraiment enthousiasmant.»

Les élus auront droit à des congés parentaux

La conseillère gatinoise Myriam Nadeau... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit) - image 3.0

Agrandir

La conseillère gatinoise Myriam Nadeau

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

La conseillère gatinoise Myriam Nadeau vient de gagner sa bataille pour permettre aux élus municipaux de profiter de congés parentaux sans risquer de devoir mettre un terme à leur mandat.

Cette victoire tient dans l'article 44.2 du projet de loi 83 actuellement à l'étude à Québec. Le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, a accepté mercredi ce nouvel article, qui a été adopté. Il sera permis à tout élu municipal de s'absenter des séances du conseil pour une période maximale de 18 semaines consécutives, si l'absence est attribuable à sa grossesse, à la naissance de son enfant ou l'adoption.

L'ajout de cet article vient aussi répondre à une résolution votée à l'unanimité par le conseil municipal de Gatineau le 7 juillet 2015. La Ville de Gatineau demandait alors à Québec de revoir les dispositions légales pour reconnaître le droit des personnes élues à un congé parental sans risquer que cela entraîne la fin de leur mandat.

«L'amendement adopté en commission parlementaire est un bon début pour la suite des choses, a commenté Mme Nadeau. D'autres mesures restent à envisager pour que la politique se modernise en fonction des besoins actuels et encourage une participation accrue des femmes et jeunes femmes en politique active, dont le vote à distance et l'aménagement de halte-garderie à l'hôtel de ville.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer