Québec solidaire en tournée

La députée de Québec solidaire, Manon Massé.... (PHOTO ROCKET LAVOIE, LE QUOTIDIEN)

Agrandir

La députée de Québec solidaire, Manon Massé.

PHOTO ROCKET LAVOIE, LE QUOTIDIEN

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En trois jours chargés en Outaouais, la députée de Québec solidaire, Manon Massé, a pris le pouls de la région en vue d'un plan d'action régional.

Le parti de gauche mène présentement une tournée dans les régions du Québec pour récolter de la matière avec laquelle construire des plans spécifiques à temps pour la prochaine élection. Pendant son septième arrêt, la députée de la circonscription montréalaise Sainte-Marie-Saint-Jacques a visité trois entreprises, participé à deux panels et procédé à quatre rencontres politiques, dont celle du maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin.

Vendredi midi, au moment de dresser le bilan de son séjour, Manon Massé semblait inspirée par les entreprises qu'elle a visitées, tout particulièrement par la Laiterie de l'Outaouais. «Ce qui m'a impressionnée, c'est le modèle d'affaires. Oui, c'est unique à travers le Canada. Nous sommes présentement en tournée économique, et nous avons vu un modèle d'affaires qui se compose autant du modèle coopératif, donc des valeurs de solidarité, d'entraide à travers un projet économique, que du modèle privé, s'est réjouie la députée. Pour nous c'est le type de réponse que nous voulons mettre au jour dans notre tournée à travers le Québec.»

Manon Massé a aussi évoqué une demande de statut particulier qu'aurait faite Gatineau, à l'image de ceux qui ont été réclamés par Québec et Montréal. Or, selon la porte-parole du maire, Laurence Gillot, l'Outaouais possède un statut particulier en santé et discute pour en obtenir un en éducation, mais jamais une demande semblable à celles des deux grandes villes québécoises n'a été faite.

N'empêche, permettre aux villes de diversifier leurs sources de revenus serait bénéfique à l'ensemble des villes québécoises, y compris Gatineau, a soutenu Manon Massé. «L'impôt foncier, c'est un outil qui est traître. Pourquoi? D'une part, parce qu'il favorise l'étalement urbain, il favorise du nouveau développement ou l'arrivée de grandes tours qui viennent complètement défigurer le centre de nos villes et villages historiques, au lieu de travailler sur d'autres sources de revenus.»

«Mettre sur pied un comité de travail qui réviserait la façon de financer les municipalités, ce n'est pas seulement Québec et Montréal qui ont besoin de faire ça, c'est l'ensemble des municipalités au Québec.»

En terrain connu

Questionnée sur les tours qui «viennent complètement défigurer» les villes, Manon Massé s'est avouée déçue de ne pas avoir pu discuter de la Place des peuples avec le maire de Gatineau. «Je connais tellement bien cette problématique-là, a-t-elle lancé. Je peux comprendre qu'une municipalité se trouve coincée à un moment donné et favorise ce type de développement là, parce que ça va apporter de l'eau au moulin de ses finances publiques. Mais ceci étant dit, je ne crois pas que c'est en développant ce seul modèle de grandes tours de condos qu'on va régler le problème de logement ici, en Outaouais, qui est inacceptable. Le coût des logements est inacceptable.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer