Le député Carrière se réclame «père» des dindons du Québec

Le député de Chapleau, Marc Carrière... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Le député de Chapleau, Marc Carrière

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'étude des crédits budgétaires du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs été ponctuée d'un moment cocasse, lundi, lorsque le député de Chapleau, Marc Carrière, a lancé à la blague au ministre Laurent Lessard «qu'il réclamait la paternité d'à peu près tous les dindons qu'il y a au Québec».

C'est qu'au tournant des années 2000, à l'époque où il était maire de Val-des-Monts et préfet de la MRC des Collines-de-l'Outaouais, l'élu et divers partenaires dont la municipalité de La Pêche, des fédérations sportives et le gouvernement provincial se sont inspirés de l'Est ontarien pour réintroduire progressivement sur le territoire québécois des cheptels de cette espèce d'oiseau.

Sa chasse est par la suite progressivement redevenue permise, après avoir été interdite durant plus d'une décennie.

«Le dindon sauvage a besoin d'un environnement où l'on retrouve beaucoup de conifères. Donc, un biologiste mène présentement une étude au niveau du couvert forestier afin d'identifier les meilleurs endroits possibles sur notre territoire pour favoriser la réintroduction du dindon et sa reproduction», avait indiqué M. Carrière au Droit en 2002. 

Quinze ans plus tard, le cheptel se situe autour de 15 000 à 17 000 dindons sauvages, ce qui a fait dire au député devant ses collègues mardi que le projet de réintroduction, qu'il s'est toujours fait un devoir de mettre sous les projecteurs, a été couronné de succès.

«Sa population a vraiment bondi à la suite du geste qu'on a posé. L'Outaouais a été précurseur. On compte plus de 12 000 chasseurs de dindons à travers la province. Et la région est l'un des meilleurs endroits où le chasser», de dire le député libéral, qui se félicite que Québec ait récemment adopté un plan de gestion du dindon sauvage 2016-2023.

Fier de ce projet, Marc Carrière ne cache pas que de faire les manchettes avec un sujet plus léger le fait sourire à l'heure où ça brasse au Parlement. 

«J'ai reçu plein de messages et des vidéos de toutes sortes. C'était comique. [...] Mais j'ai aussi parlé pendant la séance des compagnies Fortress, Lauzon et du plan de gestion de différentes espèces fauniques, dont l'orignal», dit-il. 

Gagnant beaucoup en popularité et encadrée par des règles très strictes, la chasse au dindon sauvage est permise au printemps dans certaines zones seulement, dont l'Outaouais. Cette année, la saison s'amorcera le 29 avril et s'étendra sur une période de trois semaines. L'oiseau peut être chassé seulement 30 minutes avant le lever du soleil et pas plus tard que midi.

Dans la région, chaque chasseur détenteur d'un permis peut abattre deux mâles par saison.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer