La réforme de l'aide sociale dénoncée en Outaouais

Le coordonnateur du Collectif régional de lutte à... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Le coordonnateur du Collectif régional de lutte à l'itinérance en Outaouais, Alexandre Ranger, qualifie la discussion autour du projet de loi de «faux débat».

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En Outaouais, les opposants au projet de loi 70 ont exprimé leur vif désaccord à l'égard de la réforme du programme d'aide sociale pilotée par le ministre Sam Hamad.

«C'est d'une tristesse lamentable. Si l'objectif peut être louable, les moyens pour y arriver ne le sont certainement pas», déplore Daniel Saint-Jean, vice-président de la Table régionale des organismes communautaires autonomes de l'Outaouais.

Le coordonnateur du Collectif régional de lutte à l'itinérance en Outaouais, Alexandre Ranger, qualifie la discussion autour du projet de loi de «faux débat».

L'objectif de la discussion doit être le plein respect du droit au revenu décent, estime-t-il. «On est loin de parler d'émancipation, du droit à la dignité de ces personnes-là.»

En octobre 2015, 313 300 Québécois recevaient ce type de soutien financier.

Le plus petit montant distribué était de 623$ par mois.

«Les carottes sont cuites. On rentre dans un régime où c'est le bâton qui prime», se désole Vincent Greason, coordonnateur de la Table ronde des organismes volontaires en éducation populaire de l'Outaouais.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer