Les investisseurs ont confiance, dit Couillard

En dépit d'une mission écourtée au Forum économique de Davos, le premier... (Archives, La Presse)

Agrandir

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

En dépit d'une mission écourtée au Forum économique de Davos, le premier ministre Philippe Couillard estime que les annonces économiques effectuées au coeur des Alpes suisses confirment la confiance des investisseurs à l'endroit du Québec.

Au cours des deux derniers jours, Québec a procédé à quatre annonces à saveur économique totalisant des investissements de quelque 500 millions $. Cela représente 112 nouveaux emplois en plus d'en consolider et maintenir entre 300 et 400 autres.

«C'est le résultat de plusieurs mois de travail et il n'y a pas eu d'annonces l'an passé parce qu'il n'y en avait pas à faire», a expliqué jeudi M. Couillard, qui avait été la cible de critiques de la part des partis d'opposition lors de son premier passage à Davos, faute d'annonces.

C'est l'entente de principe signée avec Tata Steel - qui pourrait déboucher sur des investissements de 400 millions $ à Schefferville, sur la Côte-Nord - qui a le plus retenu l'attention, étant donné qu'il s'agit d'une rare bonne nouvelle pour le Plan Nord.

Jeudi, le fabricant de matériel médical Medtronic et Nestlé Skin Health ont reçu des subventions respectives de 1,25 million $ et de 418 000 $ afin de procéder à des phases d'expansion dans la région de Montréal.

Medtronic rapatriera ainsi certaines activités de la Californie à son usine de Pointe-Claire, où travaillent 400 employés, créant 47 emplois sur trois ans. Ce projet d'investissement de 10,7 millions $ est le fruit de discussions qui ont eu lieu l'an dernier au Forum économique, a-t-on indiqué.

Du côté de Baie-d'Urfé, Nestlé Skin Health ajoutera 65 personnes à son effectif de 350 travailleurs dans l'usine de sa division médicale Galderma afin d'accroître sa production.

M. Couillard, dont le gouvernement n'est pas friand de subventions, a justifié l'intervention en affirmant que la situation l'exigeait dans les cas de Medtronic et Nestlé Skin Health.

«Pourquoi on fait ça? Pour les emplois, a-t-il dit. Comment le gouvernement reçoit des revenus? Par du monde qui travaille et qui payent des impôts. On préfère le plus possible agir en partenaire, mais on n'exclut pas, des fois, des subventions.»

Puisqu'il devait écourter sa mission suisse d'une journée afin de retourner à Montréal pour assister aux obsèques de l'imprésario René Angélil qui ont lieu vendredi, M. Couillard s'est surtout affairé à multiplier les rencontres économiques en coulisses à Davos.

Le premier ministre n'a pas voulu dévoiler les noms des sociétés concernées, mais il a pratiquement garanti d'autres annonces dans le futur.

«Je peux vous dire qu'il s'agit de projets d'investissements très importants et de nombre d'emplois très importants, a-t-il précisé. Pour la plupart, il s'agit d'entreprises déjà établies au Québec qui veulent augmenter leur présence.»

À Saguenay, où se déroule le caucus des députés péquistes, le porte-parole en matière d'économie, Alain Therrien, a accueilli froidement les annonces de Davos, particulièrement celle de Tata Steel.

En mêlée de presse, il a rappelé que l'annonce n'était «pas attachée», puisque la taille d'une éventuelle participation gouvernementale dans le projet du géant minier n'a pas encore été déterminée.

«Il y a beaucoup d'improvisation de ce côté, a affirmé le député Therrien. C'est une annonce qui n'en est pas une.»

Du côté de Québec solidaire, le député Amir Khadir s'est pour sa part dit «étonné» de voir Medtronic obtenir une subvention alors qu'aucun dirigeant de l'entreprise n'est censé avoir rencontré des membres du gouvernement depuis quatre ans, puisqu'ils ne sont pas inscrits au registre des lobbyistes.

Après avoir assisté aux funérailles de René Angélil, le premier ministre reprendra l'avion rapidement pour se diriger à Milan, en Italie, où sa mission économique doit se terminer lundi.

En plus de rencontres à saveur politique, M. Couillard s'adressera à la Confindustria, la principale organisation nationale des entreprises manufacturières et de services en Italie, qui compte quelque 150 000 membres.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer