Imbroglio entourant un rendez-vous manqué

Contrairement à ce que rapporte le représentant du... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Contrairement à ce que rapporte le représentant du syndicat, Alexandre Iracà soutient que la manifestation était «intimidante», alors que les personnes présentes auraient envahi le terrain et qu'elles auraient apposé plusieurs autocollants sur le bâtiment.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le député de Papineau, Alexandre Iracà, et le président du Syndicat de l'enseignement de l'Outaouais (SEO), Claude Tardif, s'accusent mutuellement d'avoir refusé de prendre part à une rencontre prévue mardi entre les deux parties.

MM. Iracà et Tardif avaient rendez-vous à 9 h, mardi matin, au bureau de comté du député situé dans le secteur Buckingham, à Gatineau. La réunion, demandée par le SEO, devait servir de période de discussions concernant les négociations qui ont cours à l'échelle provinciale entre le gouvernement et les syndicats de l'enseignement.

Le président du SEO, qui était accompagné d'une quinzaine d'enseignants, soutient avoir eu toute une surprise en se butant à une porte close lorsqu'il est arrivé sur les lieux à l'heure demandée.

«La porte est restée verrouillée et une employée de M. Iracà est venue nous dire à travers la porte que le député préférait attendre l'arrivée des policiers avant de me rencontrer. C'est quand même assez spécial, parce qu'on avait l'air de nous prendre pour des gens enragés et méchants», a expliqué M. Tardif au Droit.

Celui-ci dit être venu en compagnie d'enseignants afin d'avoir une présence publique devant l'édifice.

«Nos gens étaient sur le trottoir et il n'y avait rien de menaçant. Ce n'est pas comme s'il y avait un mouvement de foule et que nous allions rentrer les 15 à l'intérieur si la porte avait été ouverte.»

Une fois les policiers arrivés sur place, une vingtaine de minutes plus tard, l'employée du député a indiqué au président du SEO que M. Iracà allait pouvoir le rencontrer à 11 h, après ses autres rendez-vous.

M. Tardif soutient que l'adjoint parlementaire au ministre de l'Éducation a manqué à son engagement. «De notre côté, on avait mobilisé des gens pour 9 h et moi, quand on me donne un rendez-vous à 9 h, je ne m'attends pas à ce qu'on me reçoive deux heures plus tard», a-t-il pesté.

«Mauvaise foi», dit Iracà

Le député de Papineau riposte de son côté en affirmant que le protocole est clair. Question de sécurité, lorsque des manifestants sont présents sur le terrain privé du bureau de comté, la porte doit demeurer verrouillée jusqu'à l'arrivée des policiers, a-t-il indiqué au Droit.

Contrairement à ce que rapporte le représentant du syndicat, M. Iracà soutient que la manifestation était «intimidante», alors que les personnes présentes auraient envahi le terrain et qu'elles auraient apposé plusieurs autocollants sur le bâtiment.

«Si M. Tardif nous avait avisés qu'il serait accompagné de manifestants, nous aurions simplement appelé la police avant la rencontre et j'aurais pu le rencontrer à 9 h comme prévu», a mentionné M. Iracà.

Ce dernier accuse le président du SEO d'avoir agi de «mauvaise foi» en se présentant à la rencontre avec un groupe, sans avertir son personnel.

«Ma porte est toujours ouverte et M. Tardif le sait. Il a fait exprès pour boycotter le rendez-vous. Je lui ai offert un plan B pour une rencontre à 11 h qu'il a refusé. Je trouve ça dommage pour les membres qui paient une cotisation syndicale et qui doivent être représentés par un président qui refuse de rencontrer le député et qui refuse de prendre une entente pour qu'on puisse se voir», a ajouté M. Iracà.

Claude Tardif renvoie la balle à l'élu. «Ce que ça envoie comme message, c'est que les libéraux souhaitent refaire le système d'éducation sans tenir compte de l'opinion des gens qui travaillent au quotidien dans les classes. C'est aberrant», a-t-il indiqué en entrevue.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer